Accueil du site > L’Aude et le Monde. > Bilans scientifiques du SRA (DRAC) > Bilan 2008 du SRA > Villeneuve-Minervois La Condamine

Villeneuve-Minervois La Condamine

Epoques moderne et contemporaine
Age du Fer

EPOQUES MODERNES ET CONTEMPORAINES [1]

Un diagnostic archéologique a été réalisé, en février 2008 en amont de l’aménagement de bassins de rétentions. Cette intervention se localise dans un secteur gagné peu à peu par l’urbanisation, en périphérie du village médiéval. L’ensemble des travaux d’implantation de futurs lotissements et de leurs indispensables annexes, type bassins de rétentions, a fait l’objet de prescriptions scientifi ques sur l’année 2007. C’est ainsi un ensemble de près de huit hectares qui se trouve renseigné par différentes découvertes. Le dernier diagnostic confronte des terrains qui ont livré des vestiges d’un habitat daté du début du deuxième Age du Fer (Denis Rolin, 2007, lotissement de la Condamine). La parcelle testée en 2008, d’une emprise de 10 561 hectares, a livré des structures datées des époques modernes et contemporaines.

Agnès BERGERET
INRAP Méditerranée

Haut de page

AGE DU FER [2]

Dans le cadre d’un projet d’aménagement d’un lotissement au lieu-dit La Condamine, et suite au diagnostic réalisé en septembre 2007 par l’Inrap (Rolin 2007), une opération archéologique préventive a été menée à l’automne 2008, sous la responsabilité de K. Anker (Oxford Archéologie). Le site se localise au nord-est du centre du village, dans une ancienne zone basse hydromorphe, plus précisément au nord de la dépression naturelle. La fouille, qui couvre une superfi cie de 2949 m², a mis au jour une concentration de structures en creux, notamment dans la partie centrale de la zone décapée. Ont été identifi és plus d’une centaine de trous de poteaux, quelques fosses, des traces agraires, deux murs et des fosses de plantation. On souligne que le site est très arasé. Aucun niveau d’habitat n’est conservé. Dans la zone centrale, la restitution en plan des trous de poteaux fait néanmoins apparaître quatre grands bâtiments, orientés sur un axe nord-sud et se rapportant à au moins deux phases de construction. Il apparaît que plusieurs trous de poteaux ont vraisemblablement été utilisés pour les deux séquences. Le premier bâtiment, appartenant à la première phase constructive, est un vaste édifi ce à abside à double nef d’une superfi cie de 78 m2. Deux autres grands bâtiments, de plan rectangulaire, viennent ensuite s’y superposer. L’un d’eux est fl anqué d’une annexe au nord, tandis que le second semble se diviser en deux espaces, chacun associé à une fosse. A l’est, se développe un quatrième édifi ce, ainsi qu’une possible palissade. Au nord de ce groupe, la présence d’une vingtaine de trous de poteaux fait envisager la possibilité de deux autres bâtiments quadrangulaires, de dimension plus réduite que les précédents. Dans la zone sud de la fouille, des trous de poteaux se rapportent à au moins un édifi ce. L’opération a également permis de mettre au jour la base de deux murs « isolés » en pierre, à double parement. L’un d’eux est particulièrement massif avec une largeur d’environ 1,70 m. Sa fonction est pour le moment indéterminée. Un grand fossé, peut-être lié au drainage de la zone hydromorphe, lui est parallèle. Pour ce qui est du mobilier (étude V. Ropiot), l’échantillonnage est assez restreint. Malgré tout, il est possible d’isoler un ensemble homogène sur le chronologique, couvrant le Ve s. av. n. è. Cela dit, les seuls éléments de datation signifi catifs proviennent du comblement de deux fosses, l’une de la première moitié du Ve s., l’autre de la seconde moitié de ce siècle, tandis que les trous de poteaux des différents édifi ces n’ont livré que quelques poignées de céramiques. L’étude est en cours, mais on peut d’ores et déjà rapprocher cet établissement de celui qui a été fouillé à Bram-Buzerens par Laurent Carozza dans les années 1990.

Katrina ANKER, Virginie ROPIOT,
Philippa STEPHENSON

Oxford Archéologie Méditerranée

Haut de page

Notes

[1] Notice extraite du Bilan Scientifique 2008 du Service Régional d’Archéologie de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon

[2] Notice extraite du Bilan Scientifique 2008 du Service Régional d’Archéologie de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0