Accueil du site > Nos publications > Bulletins annuels et tables des bulletins > Sommaire et résumés des bulletins depuis 1998. > Bulletin de 2013 - Tome CXIII

Bulletin de 2013 - Tome CXIII

JPEG - 76.1 ko

TABLE DES MATIÈRES

• LA VIE DE LA SOCIÉTÉ
Conseil d’Administration et Bureau
Liste des Membres

• GÉOLOGIE
Philippe Fauré : Le Toarcien Moyen (zones à bifrons et à variabilis, Jurassique Inférieur) des Corbières (Aude, France) - Biostratigraphie et évolution sédimentaire . [1], [2]

• ARCHÉOLOGIE – HISTOIRE
J. Mantenant - A. Beyrie - J.-M. Fabre - E. Kammenthaler - G. Munteanu - C. Rico. : Les Barrencs, une vaste mine protohistorique et antique en Montagne Noire  [3], [4]
Gauthier Langlois : Petits établissements monastiques masculins des Corbières : un encadrement religieux dense (IXe-XIIIe siècles) . [5], [6]
Guillaume Roquefort. : L’église de Croux (Antugnac)  [7], [8]
Jean Lautier : Québec, avril 1760 : Francois-Gaston de Levis remporte la bataille de Sainte-Foy . [9], [10]
Claude Marquié : L’association amicale des anciens élèves du lycée de Carcassonne (1878-2007) . [11], [12]
Jacques Blanco : Le cyclisme et ses champions à Carcassonne de 1948 à 1960 . [13], [14]

• BOTANIQUE
Dominique Barreau : Compte-rendu d’activité pour l’année 2013 et liste des plantes observées lors des sorties.

• NOTES D’ARCHÉOLOGIE R. Aymé, G. Rancoule :

  • Blomac. Le Marquisat
  • Capendu. Saint-Martin
  • Castelnau d’Aude. Lieu-dit : Métairie des Laures.
  • Douzens. Pont de Blomac
  • Escales. Rigi.
  • Fontiès d’Aude. Le Débès ou Fount de Montirat.
  • Paraza.
  • Moux, Aïgo-Dousse
  • Moux, La Lécune (rectifi catif)
  • Serres. Saint Clamens (St Clément en 1594).

• NOTES DE NUMISMATIQUE
Michel Cau :
Jeton de l’Association Sportive Carcassonnaise.
Une médaille qui honore un homme, un domaine rural audois et son propriétaire.
Médaille commémorant la construction du Pont-Neuf à Carcassonne.

• NOTES D’HISTOIRE
Dominique BAUDREU, Fabienne CALVAYRAC : Redécouverte du « mur » ou prison de l’Inquisition à Carcassonne.
Jean-Louis BERMAN : À propos du tombeau du cardinal Guillaume Briçonnet dans la Cathédrale Saint-Just de Narbonne. .
Guy RANCOULE : Le registre cynégétique d’Isidore David de Villalier (Aude), 19e siècle. .
Jean-Louis BERMAN : Les Païchères de Palaja. .

• NOTE DE BIOLOGIE
Gérard BALVAY : Contribution à l’inventaire du zooplancton de l’Aude .

• NOTES DE LECTURE

• BIBLIOGRAPHIE AUDOISE.

• LISTE DES REVUES REÇUES DANS LE CADRE DES ÉCHANGES . 171

• LISTE DES OUVRAGES REÇUS . 173

• COMPTES RENDUS DES SÉANCES MENSUELLES . 175

Notes

[1] Dans les Corbières, les dépôts du Toarcien moyen s’intègrent dans la partie inférieure de la Formation Bizanet. Ils s’inscrivent dans les deux zones d’ammonites à Bifrons et à Variabilis dont la totalité des sous-zones et des horizons standards connus en Europe occidentale est identifiée. Les principales ammonites du Toarcien moyen sont décrites et fi gurées.

[2] Middle Toarcian (Bifrons and Variabilis zones in the Corbières (Aude, France). Biostratigraphy, et sedimentary évolution. In the Corbières, the Toarcian deposits fi t in the lower part of the Bizanet Formation. The biostratigraphical study of the Ammonites can properly identify its two standard zones : Bifrons and Variabilis zones, and most of the subzones and horizons known in Western Europe. The mains Meedle Toarcien Ammonites are described and fi gured.

[3] M. Esparseil, l’un des fondateurs de la SESA, n’a pas seulement découvert de l’or en 1892 dans la région de Salsigne (Montagne Noire). Il est aussi le premier à explorer les grandes fosses minières - ou barrencs - situées sur le plateau qui sépare les villages de Lastours et Fournès-Cabardès, dans la vallée de l’Orbiel. Il est alors impressionné par l’ampleur des travaux souterrains qu’il visite, qui, à ses yeux, ne peuvent être que l’œuvre des Romains. Plus d’un siècle après l’exploration de M. Esparseil, un programme d’étude archéologique et géologique est démarré en 2009 par une équipe d’archéologues du laboratoire toulousain TRACES. Cette étude a notamment mis en lumière le haut niveau technique atteint par les mineurs et a permis de faire remonter au second âge du Fer une partie de l’activité développée dans la mine. Cette dernière se révèle être un site exceptionnel par son état de conservation et son ampleur, figurant parmi les plus vastes mines protohistoriques et antiques connues actuellement en France.

[4] Les Barrencs - a huge ancient mine in the Montagne Noire. M. Esparseil, one of the founders of SESA, not only discovered gold in 1892 around Salsigne in the Montagne Noire. He was also the fi rst to explore the large ditches (barrencs) on the plateau between Lastours and Fournes-Cabardés in the valley of the Orbiel. He was also impressed by the scale of the underground workings which he assumed could only be Roman in origin. More than a century after Mr Esperseil’s exploration, an archaeological and geological research programme was undertaken in 2009 by a team from TRACES in Toulouse. This work has revealed the high level of technical skill of the miners and has dated at least some of the mining to the Middle Iron Age. This fi nding shows that the site, exceptional in its state of conservation and its extent, is one of the largest ancient mines known to exist in France.

[5] Cette étude s’appuie sur une recherche menée sur plusieurs monastères et cella mal connus ou inédits. Au IXe siècle, sous la protection des rois carolingiens, une fl oraison d’établissements monastiques voit le jour sur des itinéraires de pèlerinage, loin de l’insécurité côtière. Ce réseau est complété au XIe siècle par des fondations comtales ou vicomtales généralement liées à de puissants castra. Le siècle suivant voit le développement de monastères cisterciens. Mais tous les petits établissements monastiques disparaissent, absorbés par les puissantes abbayes, pour devenir de simples prieurés. Leur disparition semble liée à leur pauvreté, à l’instabilité politique et au manque de vocations. Mais aussi à l’attraction spirituelle et matérielle des puissantes abbayes voisines de Lagrasse, Alet et Fontfroide.

[6] Small monastical establishments for men of Corbières : a dense religious guidance (8th century to 13th century). This study is based on research conducted on several monasteries and cella poorly known or unpublished. In the ninth century under the protection of the Carolingian kings fl owering of monastic establishments born on pilgrimage roads away from the coastal insecurity. This network is completed in the eleventh century by comtales or vicomtales foundations usually linked to powerful castra. The following century saw the development of Cistercian monasteries. But all small monastic establishments disappear, absorbed by the powerful abbeys, to become priories. Their demise seems linked to their poverty, to the political instability and to the lack of vocations. But also to the spiritual and material attraction of their powerful neighbors abbeys of Lagrasse, Alet and Fontfroide.

[7] Durant l’année 2013, le site de Croux a fait l’objet d’une étude archéologique permettant d’appréhender les techniques de construction de l’église Saint-Croix. Grâce à cette intervention, il a été possible de déterminer les modes opératoires des bâtisseurs durant les campagnes de construction, qui se sont déroulées entre la fi n du IXe et le XIIIe siècle environ. L’observation des couches enfouies a permis de restituer ces modifi cations successives ainsi que la puissante couche de démolition datant de l’incendie perpétré en 1573, durant les guerres de religion.

[8] The church at Croux (Antugnac). During 2013, an archaeological study of the site at Croux was undertaken to investigate how the church had been built. From this study, one can see the techniques used by the builders during the various periods of construction, which took place been the end of the 11th c. and the 13th c. Observation of the buried layers revealed the successive changes, as well as a signifi cant layer of demolished material dating from the fi re of 1573, during the wars of religion.

[9] Dans le château d’Ajac, situé à 7 km de Limoux, est né, le 20 août 1719, François-Gaston de Lévis. Le destin exceptionnel de ce chevalier allait faire de lui, au Québec, un héros national. Une note d’histoire et une communication ont été publiées dans le bulletin de la S.E.S.A. La première est due à Félix Pasquier, archiviste de la Haute-Garonne, en 1896. Puis, une étude plus complète est publiée en 1956 par le Dr r Charles Boyer. Depuis plusieurs années, nos fréquents séjours au Canada nous ont permis de recueillir des informations inédites et complémentaires sur la participation de François-Gaston de Lévis à la guerre pour la Nouvelle France. Nous avons le désir de conforter la réputation de ce prestigieux chevalier audois et surtout d’éviter que la relative discrétion de l’histoire ne se transforme en oubli.

[10] Québec, avril 1760 : Francois-Gaston de Levis wins the battle of Sainte-Foy. François-Gaston de Lévis knight, was born on the 20th August 1719, in Ajac castle,7 km from Limoux. He had an exceptional career, becoming a national hero in Quebec. An historical note and an article were published by SESA in the Bulletin : the former was written in 1896 by Félix Pasquier, an Archivist of the Haute-Garonne. A more extensive study was published in 1956 by Dr. Charles Boyer. In the course of several visits to Canada over the past few years I have been able to collect together new information to add to our knowledge of the part played by François-Gaston de Lévis in the war for New France. I hope to strengthen the reputation of this remarkable ‘chevalier’from the Aude, and above all to make sure that his name does not fade into oblivion because of the relatively small amount of historical information available.

[11] L’existence de l’Association amicale des anciens élèves du lycée de Carcassonne, créée en 1878, s’étend sur 129 ans malgré diverses périodes obscures dues au moindre dynamisme de ses dirigeants. Caractéristique des sociétés du XIXe siècle, son fonctionnement fut perturbé par les deux guerres mondiales, puis vécut ses 25 dernières années sous une forme originale.

[12] The association of former pupils of the lycée de Carcassonne (1878-2007). The Association of Former Pupils of the Lycée of Carcassonne was inaugurated in 1878. It has lasted for 129 years despite periods of obscurity due to the lack of enthusiasm of its offi cers. Typical of 19th century societies, its activities were interrupted by the two world wars and, for the last 25 years, it has existed in a new form.

[13] Le cyclisme des années 1930/1940 a connu, à Carcassonne, des dirigeants et un président effi caces. Les coureurs furent de très grands champions internationaux. Les années 1950 sont aussi très riches avec un autre président et des coureurs aussi talentueux que leurs prédécesseurs qui mettaient « le feu aux foules ». Des courses par étapes, inscrites au calendrier international, furent crées et animèrent notre ville. Certains de ces « grands brûlés du bitume » sont encore en vie et nous les côtoyons au quotidien sans vraiment les connaitre. Cet article fait suite à celui proposé en 2012 et intitulé « Le cyclisme et ses champions à Carcassonne de 1935 à 1947 ».

[14] Cycling in Carcassonne and its champion cyclists - 1948 to 1960. Cycling in Carcassonne in the 1930s and 1940s had very capable leadership and an effective president. Racing cyclists were very big international champions. The 1950s were also rich years under another president and cyclists as talented as their predecessors set the crowds on fi re. Stage cycle races were established as part of the international calendar and were very popular in Carcassonne. Some of the great “tarmac burners” are still with us but now largely unrecognised. This paper is the continuation of one presented on February 18th, 2012 and entitled “Cycling in Carcassonne and its champion cyclists 1935 to 1947”.

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0