Accueil du site > Les activités > Séances mensuelles > Les séances de 2008 > 20 décembre 2008

20 décembre 2008

*Lucien Ariès : Contribution des racines pré-indoeuropéennes à la formation des noms de lieux du Lauragais.

L’étude des lieux-dits présente une plus grande difficulté que celle des lieux habités (villes, villages), en raison du peu de documents historiques et de formes anciennes. Par contre, son intérêt est considérable car certains de ces noms sont issus de racines pré-indo-européennes et plongent le plus loin dans la préhistoire linguistique. Ce travail porte sur la contribution des racines oronymiques pré-indo-européennes à la formation des toponymes du Lauragais, en s’appuyant sur celles qui sont les plus présentes et les mieux connues. Un large inventaire des toponymes susceptibles d’être rattachés à ces racines est présenté avec prudence, en indiquant les télescopages possibles avec les mots issus des langues des diverses populations qui se sont succédées sur le territoire ou leur possible attraction.

*Marie-Elise Gardel & Annick Despratx : Saissac, prospections archéologiques dans le castrum.

JPEG - 12.7 ko
Marie Elise Gardel et Annick Despratx

Le corpus de données archéologiques concernant le contexte socio-économique des castra de la Montagne Noire, s’est trouvé récemment enrichi par l’étude d’un site majeur : le castrum de Saissac. Bien documenté désormais grâce à quatre années de prospections, ce castrum mérite d’être comparé à celui de Cabaret. En effet, Saissac apparaît d’ores et déjà porteur d’informations complémentaires, voire distinctes : c’est un site d’altitude, aux ressources plutôt forestières et agro-pastorales que minières, son implantation est en rebord de plateau et le matériau de construction utilisé, le gneiss, impose d’autres contraintes que le calcaire de Cabaret. A Saissac, le mobilier, notamment céramique, est majoritairement comparable, mais le mobilier antique y est quasiment absent, alors qu’à Cabaret, il affleure presque partout…
Par ailleurs, avant l’An Mil, les textes présentent Saissac comme un site fortifié à fort environnement religieux (l’abbaye de Montolieu est proche…), entouré d’une constellation d’églises paroissiales et de petits établissements monastiques, alors que Cabaret ne devient paroisse qu’au XIVe siècle et ne subit l’influence d’aucune grande abbaye. Au moment de la Croisade Albigeoise, malgré leurs différences, il s’agit pourtant des deux seigneuries les plus importantes de ce secteur. C’est peut-être ce qui justifie la disparition brutale et concomitante de ces deux castra vers 1240. L’étude comparative de ces deux sites peut, en fournissant des données complémentaires, faire avancer de façon significative certaines problématiques propres au milieu castral de moyenne montagne.

Durant les travaux qui ont lieu dans la maison des associations, ancien Grand Lycée, nos séances mensuelles se tiendront à la Maison des jeunes et de la culture, 91 rue Aimé Ramond à Carcassonne pour des raisons de sécurité. Elles débuteront à 14h30.

PDF - 101.5 ko
PROGRAMME DES COMMUNICATIONS
A faire diffuser le plus largement possible, Merci.
  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0