Rieux-Minervois Le Capitoul

MOYEN AGE
EPOQUE MODERNE [1]

L’étude conduite sur la parcelle A329 a permis
de distinguer deux formes d’occupation des sols,
antérieures au bâti moderne détruit durant le mois de
juin 2009.

Les éléments stratigraphiques les plus anciens
consistent dans trois sépultures à inhumation que l’on
verra participer d’une même aire funéraire. Dans l’état
des données, il restera difficile de dire si les trois corps
sont les vestiges d’un ensemble originellement plus
vaste (ou plus dense), ou s’ils reflètent la réalité d’une
trame d’implantation originelle.

Les trois individus, autant que l’on puisse en juger au
vu de ce qu’il en reste, reposent en decubitus dorsal,
et sont orientés la tête à l’ouest ; aucune information
ne permet de présager du type de contenant utilisé
pour les dépôts. Sur le plan d’une éventuelle datation,
les éléments de connaissance font également défaut.
Les aménagements, néanmoins, semblent antérieurs à
la seconde phase d’occupation des sols matérialisée
par une série de silos enterrés.

Près de vingt fosses ont été reconnues sur le site
concerné par le projet immobilier. Quatre unités ont
été testées. Elles avouent des profi ls en ampoule, et
des volumes qui varient entre 0,7 et 1,6 m3. Pauvres
en mobiliers céramiques, les comblements révèlent
pour certains la présence de déchets produits par la
démolition d’architectures (galets, fragments de blocs,
nodules de mortiers et d’enduits colorés). La mise
en place de l’aire d’ensilage ne sera pas datée. Les
condamnations, quant à elles, se trouvent associées à
des terminus infléchis sur les XIVe, XVe et XVIe siècles.

Olivier GINOUVEZ, Jérôme HERNANDEZ
INRAP Méditerranée


[1Notice extraite du Bilan Scientifique 2009 du Service Régional d’Archéologie de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon