Accueil du site > L’Aude et le Monde. > Bilans scientifiques du SRA (DRAC) > Bilan 2010 du SRA > Prospection-inventaire dans le canton de Sigean

Prospection-inventaire dans le canton de Sigean

Les prospections archéologiques pédestres réalisées en 2010 dans le canton de Sigean ont permis de confirmer la présence d’indices du Paléolithique moyen et de gisements du Paléolithique supérieur sur des terrasses anciennes.

Une exploration systématique de zones présentant des particularités topographiques a permis la découverte de cavités naturelles ayant eu probablement une fonction sépulcrale entre la fin du Néolithique et l’âge du bronze. Malheureusement certaines font actuellement l’objet de pillages organisés très destructeurs. Les « fouilleurs » clandestins n’hésitent pas à déplacer des mètres cubes de sédiments et de blocs, à briser les concrétions pour dégager des conduits obstrués, fragilisant ainsi les voûtes de manière très dangereuse et entraînant dans certains cas des effondrements. On observe dans leurs déblais quelques indices caractéristiques : charbons de bois, faune et débris humains.

La collecte d’anciennes publications concernant le secteur étudié m’a permis de faire le lien entre une cavité sépulcrale que j’avais découverte en 2008 et un ossuaire chalcolithique non inventorié, fouillé en 1958 par le Dr. L. Rigaud. Celui-ci m’a aimablement autorisé à effectuer un inventaire photographique d’une très grande partie du matériel exhumé. Il serait intéressant qu’un spécialiste puisse effectuer une analyse des restes humains (NMI = 13).

Dans un article daté du début des années 1960, Y. Solier signalait dans le canton de Sigean la présence d’un tumulus et d’un dolmen non inventorié. Ceux-ci ont été retrouvés lors de mes prospections. A proximité du dolmen j’ai observé sur une surface lisse du substrat rocheux plusieurs cupules dont l’origine est indéterminée. Cependant contrairement à la plupart des cupules naturelles à fond plat et parois verticales dentelées que j’ai pu observer sur les territoires des communes voisines, celles-ci forment des dépressions hémisphériques très régulières. Si leur origine anthropique devait être confirmée, il s’agirait d’une découverte ouvrant de nouvelles perspectives de recherches dans le secteur.

Trois nouveaux dolmens, dont l’authenticité reste aussi à confirmer en l’absence de matériel en surface, ont été repérés en bordure du littoral, à proximité de sites découverts lors de précédentes opérations. Une recherche systématique dans des zones présentant un contexte topographique identique devrait apporter des résultats significatifs dans l’inventaire des monuments mégalithiques des Corbières maritimes.

Des indices d’habitats ont étés mis en évidence devant deux abris sous roche. L’un de taille très spectaculaire présente diverses occupations du Néolithique à l’époque moderne, l’autre plus modeste a livré entre autres deux ébauches de perles circulaires en test de cardium semblables à celles observées sur des ateliers à l’ouest de Durban.

En ce qui concerne l’Antiquité et le Moyen Age, plusieurs sites ont été découverts dans les garrigues et quelques indices ont été observés à l’intérieur de petites cavités. Deux sites médiévaux revisités ont vu leur datation complétée en raison de l’identification d’une occupation antique autour du changement d’ère.

Enfin, la localisation d’une épave antique, découverte et pillée au début des années 1980 dans la zone portuaire de Port-La Nouvelle, m’a été signalée.

Pascal ROUQUETTE

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0