Limoux : Les Pontils, Maison Gonzalès

Le diagnostic de la parcelle BS 146, lot 1, confirme si
besoin était, l’extension de l’agglomération médiévale
à l’approche du brusque dénivelé qui limite le
développement sommital de la colline vers le sud.
Abritées par des encoches excavées dans le versant
afin de ménager des plans d’occupation horizontaux,
cinq surfaces ont été recensées dont les fonctions
demeurent incertaines, mais dont les expressions
matérielles sont sans doute les plus intéressantes
parmi celles à ce jour décrites sur le site de l’ancienne
ville.

Dans deux cas, les unités 3 et 4, ont été repérés des
alignements de pierres de taille posées en parpaing qui
ont à la fois servi de seuils et de supports/calages pour
des montants en bois - la question restant de savoir si
les poutres étaient réservées à l’encadrement des baies de rez-de-chaussée (des chambranles dépourvus de
vantaux), ou s’ils contribuaient également, en partie
haute à la structure de l’étage, si tant est bien sûr que
les bâtiments aient comporté plusieurs niveaux.

Les nettoyages qui ont fait suite aux terrassements, ainsi
que les sondages, ont livré un échantillon important de
mobilier céramique qui confirme une nouvelle fois la
brièveté de l’occupation du site. La quasi exclusivité
des productions réductrices, l’absence des glaçures,
ainsi que certaines caractéristiques typologiques,
indiquent un horizon chronologique que l’on arrêtera
aux XIIe et XIIIe siècle.

Olivier GINOUVEZ
INRAP Méditerranée