Laure-Minervois : L’agglomération artisanale de Salauze

ANTIQUITE

Entre Narbonne et Carcassonne, le site de Salauze à
Laure-Minervois, connu depuis 1904 puis oublié, a été
redécouvert par G. Sachot en 2006. La concentration
de mobilier au sol a permis de zoner un atelier de
production couvrant cinq hectares. En 2009, une aire
de production de céramiques culinaires a été explorée
correspondant à deux fours creusés dans le substrat.

Datés de l’époque augustéenne, ces structures
circulaires, composées d’une série de voûtes en
briques soutenant une sole perforée, sont tout à fait
comparables à certains fours de Sallèles d’Aude datés
du changement d’ère. Un sondage réalisé cette année
dans la fosse d’accès commune de ces deux fours a
permis de mettre en évidence le bouchage de l’un de ces
derniers ainsi que le fonctionnement momentanément
contemporain de ces deux structures de cuisson. Lors
de cette opération, un important lot de céramique issu
de la production du site a également été mis au jour.

D’autres sondages ont été réalisés à une centaine de
mètres au nord-ouest de cette aire de production, et
ont révélé une meilleure conservation des vestiges
qui se situent d’un point de vue chronologique
aux alentours de l’époque augustéenne.

La voie
traversant le site et reliant à l’atelier voisin du Tinal
d’Abrens (Laure Minervois) a été fouillée et a livré deux
niveaux successifs. Le plus récent est attesté par un
hérisson de pierres plates posées de champ tandis
que le plus ancien est constitué d’un cailloutis. Les
restes d’un bâtiment orienté par rapport à la voie ont
également été mis au jour. Cet ensemble encore très
mal défini paraît s’ouvrir sur un espace de circulation
(cour ?) constitué par un autre cailloutis.

Des témoins d’activités artisanales ont été observés dans de niveaux
de destructions ou de dépotoir. Il s’agit bien sûr de
résidus de la production de céramique mais également
de traces d’artisanat lié au fer, ce qui est inédit sur
le site. Ceci est attesté par la présence relativement
importante de fragment de scories et de loupes en fer.
Cette information est de première importance au vu
du tracé de la voie qui structure le site est qui se dirige
au nord-ouest vers la montagne noire et les mines de
Lastours. Elle confirme aussi la position des ateliers de
Salauze, comme zone d’exploitation des ressources
des arrières pays narbonnais et carcassonnais. Une
campagne de prospection systématique continue a
être menée en parallèle à la fouille et met en évidence
d’importantes zones non occupées aux alentours des
sites de Salauze et du Tinal d’Abrens.

Adrien MALIGNAS, Corinne SANCHEZ,
Gérald SACHOT
UMR 5140, Lattes/Montpellier