Accueil du site > L’Aude et le Monde. > Bilans scientifiques du SRA (DRAC) > Bilan 2009 du SRA > La Digne-d’Aval Eglise Saint-Jacques

La Digne-d’Aval Eglise Saint-Jacques

MOYEN AGE [1]

Dans le cadre d’un projet d’aménagement des abords nord de l’église Saint-Jacques, la création d’un escalier donnant accès à un espace ouvert dans l’ancien enclos ecclésial menaçait d’endommager des silos médiévaux repérés en 1987 par Dominique Baudreu. Ainsi, une fouille manuelle a été entreprise : elle a permis de dégager une calade sur une longueur d’environ 6 m et une largeur comprise entre 1,10 m et 2,40 m. Par ailleurs, le sondage proprement dit (2,4 m² environ) a permis de fouiller intégralement les vestiges de deux silos médiévaux.

Plusieurs phases successives se dégagent : parallèlement à la création de l’église (milieu XIe siècle ?), un enclos ecclésial est délimité : il accueille des silos excavés dans le substrat (au moins cinq ont été repérés) dont la durée d’utilisation semble avoir été assez courte, si l’on en croit le matériel issu de leur comblement (jusqu’au milieu du XIIe siècle ?). Aucun niveau de sol périphérique strictement contemporain n’a été mis en évidence. La question de savoir si ces silos étaient protégés ou non (se situaient-ils dans un habitat ?) reste également posée.

Après cet abandon, un sol est mis en place directement sur le substrat en condamnant l’embouchure des silos. Il pourrait correspondre à une volonté de réorganiser l’espace. Le mobilier recueilli sur ce niveau permet d’envisager une occupation assez large s’étendant entre le milieu du XIIe et le XIVe siècle. Ce sol est ensuite recouvert d’une recharge, puis d’un nouveau sol, puis d’une autre recharge, et enfin d’un dernier sol datable des XIVe-XVIIe siècles. Enfin, dans une ultime phase (XVIIe-XIXe siècles), un remblai recouvre ces niveaux afin d’accueillir la calade actuellement visible. L’agrandissement de l’église vers l’est au milieu du XIXe siècle condamne cette circulation qui faisait auparavant le tour du lieu de culte. L’endroit sert alors de dépotoir (déchets, gravats) jusqu’au début du XXe siècle.

Frédéric LOPPE
Amicale laïque de Carcassonne

JPEG - 75 ko
La Digne d’Aval
Plan des vestiges au nord de l’église Saint-Jacques

Notes

[1] Notice extraite du Bilan Scientifique 2009 du Service Régional d’Archéologie de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0