Accueil du site > Nos publications > Bulletins annuels et tables des bulletins > Sommaire et résumés des bulletins depuis 1998. > Bulletin de 2002- Tome CII

Bulletin de 2002- Tome CII

JPEG - 3.6 ko

GÉOGRAPHIE :

- BOULMERKA-BOIS (Djamila), Aménagement d’un espace rural : les marches pyrénéennes audoises.  [1]  [2]

ARCHÉOLOGIE :

- BARTHES (Pascale), L’occupation néolithique et protohistorique en basse vallée de l’Aude.  [3]  [4]
- AYME (Régis), Tracé de voie antique sur les communes de Conilhac-Corbières, Fontcouverte et Moux (Aude), d’après les indices de terrain.  [5]  [6].

HISTOIRE DU MOYEN AGE ET HISTOIRE MODERNE :

- GUERY (Maguy), Découverte d’une pierre tombale dans le périmètre du couvent des Cordeliers d’Azille (Aude).  [7]  [8]
- BONNET (Jean-Louis), Dernières données sur le pont Vieux de Carcassonne et ses abords (XIVe-XXe s.  [9]  [10]
- BAUDREU (Dominique), Observations sur les constructions en terre crue dans l’Aude (Moyen Age et Epoque moderne).
- RAFFANEL (Jean), La commanderie de Douzens, de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, ou ordre de Malte en 1778.  [11]  [12]
- RANCOULE (Guy), L’agriculture autour de Ginestas (Aude) au XVIIIe s. La propriété foncière et immobilière agricole, principales cultures et évolution.  [13]  [14]
- RICALENS (Henry), La maison des champs d’un gentilhomme de la maison du comte d’Artois : Louis de Lordat dans son château de Bram.  [15]  [16]

HISTOIRE CONTEMPORAINE :

- LENOBLE (Jean), Une élection législative mouvementée à Limoux à la fin de Second Empire.  [17]  [18]
- BIAU (Abbé Jean), La ferme-école de Besplas (1847-1893).  [19]  [20]
- CAU (Michel), Du dépiquage au battage (XIXe-XXe siècles).  [21]  [22]
- ESCUDIER (Jean-Louis), Analyse de la stratégie économique et financière de la Société Méridionale de Transport de Force (1890-1945).  [23]  [24]

Notes

[1] L’objet de cette communication est une présentation des principaux résultats d’une thèse de doctorat en géographie, qui a consisté en une analyse des mutations qu’ont connues les marches pyrénéennes audoises au cours des trois dernières décennies. Ce territoire, qui occupe une position de confins, a été exposé de plein fouet aux transitions induites par la mondialisation de l’économie. Caractérisée par sa faible densité de population, due à un exode rural massif qui a débuté dans les années 1880, cette entité voit peu à peu disparaître les exploitations agricoles et se développer les friches. À partir des années 1970, pourtant, cet espace est devenu un territoire d’adoption pour quantité de migrants venus s’y installer, constituant un potentiel nécessaire pour assurer la relève des générations et produire de l’activité sur place. Des limites à ce processus de revitalisation rurale existent et se pose encore aujourd’hui le problème du devenir de cet espace isolé.

[2] This paper is based on a doctoral thesis in geography which analysed changes in the Pyrenean sector of the Aude during the past thirty years. This area, at the edge of the Aude, has been severely affected by economic transition brought by the mondialisation of economy. Characterised by its low population density, due to the massive exodus from the land in the 1880s, the area’s traditional agriculture has gradually disappeared and much of what was farmland has become fallow. From the 1970s, however, the region started to attract new residents, which ought to be a mechanism to ensure the growth of population and encourage new enterprise. However, there are still limits to this rural regeneration which sets even nowadays the problem of what is to become of the isolated area.

[3] Apports de trois campagnes de prospection entre 1991 et 1993 Recherche de collections privées et prospections au sol ponctuelles ont permis de rassembler une première documentation pour 52 nouveaux sites. La répartition de ces sites par grande période confirme, du Néolithique au Bronze, la dynamique du peuplement que l’on pouvait percevoir jusque là. Une sélection de vingt d’entre eux illustre les principaux apports de cette recherche.

[4] Research on private collections and prospections at local sites have allowed to gather a preliminary documentation for 52 new sites. The classification of these sites by broad periods confirms that, from the Neolithic to the Bronze Age, the populating dynamics corresponds to the previously supposed model. The major results of this research are illustrated by means of a selection of 20 sites.

[5] Depuis une trentaine d’années, sur les communes de Conilhac-Corbières, Fontcouverte et Moux, les labours profonds ont mis au jour de multiples traces d’une voie ancienne. Elles ont pu être relevées et cartographiées et leur structure étudiée. Le mobilier archéologique recueilli à leurs abords immédiats tend à montrer qu’ils appartiennent à une voie romaine importante.

[6] Deep ploughing over a period of thirty years around Conihac-Corbières, Fontcouverte and Moux have brought to light traces of a former road. They could be marked and mapped and their structure studied. The archeological objects collected in the immediate vicinity of these remains suggest that they belong to a major roman road

[7] Fin mars 1995, des travaux de maçonnerie faisaient apparaître sur la façade de l’immeuble sis au n°16 de l’allée Pol Lapeyre cadastre A119, appartenant à M. Michel Maigne notaire à Azille, une pierre d’environ 0,45 m x 0,38m, gravée en latin. Sa base est écornée, mais on peut apercevoir sur sa gauche un écu non historié. Jusqu’ici protégée par le crépi, elle risque de se déliter au fil des ans car elle est en grès local. Cette découverte m’oblige, en présentant la pierre, à parler du couvent des Cordeliers d’Azille, de sa fondation à sa fermeture lors de la Révolution.

[8] At the end of March 1995, building work on the property of Maître Michel Maigne, notaire at Azille, (16 Allée Pol Lapeyre, survey plot no A119) revealed a stone (approx 45 cm x 38 cm) with a Latin inscription. A corner of the base was missing, but on the left, one can see a plain shield. Hitherto protected by the rendering, there is a risk that the stone will be damaged year after year as it was made from local limestone. This discovery obliges me, when presenting the stone to talk about the convent of the cordeliers of Azille from its foundation to its closing at the time of the Revolution.

[9] L’étude tient compte des nouvelles recherches effectuées dans les archives sur le pont Vieux, sous l’Ancien Régime et des résultats des fouilles, à l’époque contemporaine. Lors des guerres de Religion, l’entrée du pont, du coté de la bastide, représente un endroit stratégique. Après la remise en état de 1605, de nombreuses réparations servent seulement à préserver le pont d’une ruine, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. La regrettable intervention de 1820, la construction d’un nouvel ouvrage, n’empêchent pas les restaurations. Cette politique suivie permet au pont de se maintenir lors de la forte inondation de 1891. Il restait à l’époque contemporaine d’ouvrir un vaste chantier pour rétablir le monument dans son état ancien.

[10] This paper analyses new research in the Archives about the Vieux Pont, in the old times and following the results of modern excavation. At the time of the Wars of Religion, access to the bridge from the Bastide side was of strategic significance. After it was restored in 1605, numerous repair s in the 17th and 18th centuries, simply served to preserve the bridge from ruin. The unfortunate intervention in 1820 - the building of a new construction - did not interfere with restorations. This policy enabled the bridge to withstand the heavy flooding in 1891. It is only in recent years that a hugeproject was set to restore the bridge into its former glory.

[11] Si la commanderie des templiers de Douzens a été étudiée, il n’en est pas de même de celle des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, ou ordre de Malte, qui lui succéda au début du XIVe siècle et qui dura jusqu’à la Révolution. Le rapport rédigé à la suite de la visite de 1778 permet de combler un peu cette lacune et de révéler les forces et les faiblesses d’un ordre implanté à Douzens depuis plusieurs siècles.

[12] The inventory of the castle of Bram furniture, drawn up in 1787 after the death of the marquis Louis de Lordat, enlightened by his account book kept from June 1779 to April 1787, let us know thesurroundings of a count d’Artois’ household gentleman in his country house in the Lauragais.

[13] Ce complément à une première étude concernant l’agriculture dans la partie occidentale du Narbonnais tente d’appréhender les modifications intervenues au cours du XVIIIe s. dans le patrimoine foncier, l’exploitation, les diverses cultures. Sont notamment abordés l’évolution de la propriété dans la commune de Ginestas et les principales productions : céréales, olives et vin, mais aussi le bâti agricole, les aléas climatiques, les modes d’exploitation, les contrats

[14] This addendum to an earlier study of agriculture in the western part of the area around Narbonne attempts to understand the changes which occurred during the 18 th century in land ownership, agriculture and cropping. It looks at the development of ownership in the commune of Ginestas and themain crops : cereals, olives and wine and also agricultural building, the changes of climate, farming methods, contracts etc.

[15] L’inventaire du mobilier du château de Bram, dressé en 1787, après le décès du marquis Louis de Lordat, éclairé par son « livre de dépense », tenu de juin 1779 à avril 1787, nous fait connaître le cadre de vie, en sa terre du Lauragais, d’un gentilhomme de la maison du comte d’Artois.

[16] The inventory of the castle of Bram furniture, drawn up in 1787 after the death of the marquis Louis de Lordat, enlightened by his account book kept from June 1779 to April 1787, let us know the surroundings of a count d’Artois’ household gentleman in his country house in the Lauragais.

[17] A la fin du Second Empire et à l’occasion des élections législatives de 1869, Limoux a été le théâtre d’une sérieuse agitation qui a duré environ un an (mai 1869-mai 1870) ; l’opinion publique de l’arrondissement s’est partagée violemment entre les deux candidats en présence - un grand financier parisien, Isaac Pereire, d’une part, un grand propriétaire foncier et notable local, Léonce de Guiraud d’autre part- et des incidents très graves ont troublé durablement l’ordre et la tranquillité publiques, surtout dans la ville même de Limoux mais aussi dans des agglomérations de moindre importance comme Espéraza, Quillan, St. Hilaire et jusqu’aux plus petits villages de la circonscription. L’affaire a connu deux phases bien distinctes ; la première s’achève avec l’invalidation, fin décembre 1869, de l’élection d’Isaac Pereire, vainqueur du scrutin de mai ; quant à la seconde, dont le point fort est constitué par l’élection de Léonce de Guiraud en février 1870, elle occupe presque la moitié de l’année suivante, qui est la dernière du Second Empire.

[18] At the end of the Second Empire during the Parliamentary election in 1869, Limoux was the scene of serious unrest which lasted for about a year (from May 1869 to May 1870). Local public opinionn in the district was violently divided between the two candidates - Isaac Pereire, a wealthy Parisian banker, on the one hand and Léonce de Guiraud, a well-known local property owner on the other. Very serious incidents disturbed law and order, mainly in Limoux itself, but also in less important towns such as Espéraza, Quillan, St Hilaire and even as far as small villages in the region. The affair knew two distinct stages. The first one ended at the end of December 1869, when the election in May of Isaac Pereire was declared invalid. Although the high point of the second stage was the election of Léonce de Guiraud in February 1870, it lasted until the middle of the next year, the end of the Second Empire.

[19] En 1847, un polytechnicien devenu propriétaire de plusieurs domaines dans la région de Bram,ouvrit, à Besplas (commune de Villasavary), le premier établissement d’enseignement professionnel agricole du Midi de la France. La ferme-école de Besplas fut une remarquable réussite : en 46 ans (1847-1893), elle a préparé à la gestion d’exploitations agricoles 450 jeunes hommes de dix-sept à vingt ans, recrutés par concours sous l’égide du ministère de l’Agriculture. Ils sont devenus, pour la plupart, les cadres moyens d’une agriculture jusque là bien oubliée. La ferme-école de Besplas fut un champ d’expériences permanent. Elle a contribué, au premier chef, à l’éveil et aux prémisses d’une agriculture d’avant garde.

[20] A Polytechnician bought several properties around Bram, and in 1847 at Besplas (commune of Villasavary), opened the first agricultural training college in the Midi. The college at Beslas was remarkably successful. In the 46 years between 1847 and 1893, 450 young men aged between 17 and 20 were trained in farm management. They were chosen after a competition run by the Ministry of Agriculture. Most became the managers of a type of agriculture which, until then, had almost been forgotten. The college was continuous experiment in agricultural education. Its chief role was to contribute to the awareness and opportunities of modern farming practice.

[21] La transformation du monde paysan audois, qui est passé de la faucille pour moissonner à la moissonneuse-batteuse en un siècle, est un exemple concret de l’évolution récente et extraordinaire due au progrès. Ce travail montre comment la Société d’Agriculture de l’Aude, créée pour propager ce progrès, favorisa par ses travaux l’abandon de la technique ancestrale du dépiquage pour l’utilisation des batteuses. Les aspects techniques et économiques du dépiquage puis du battage sont successivement abordés.

[22] The transformation of the world of the Aude farming population who left the sickle for the combine-harvester in the course of a century is a concrete example of the recent extraordinary evolution due to progress. This work shows how the Aude Agricultural Society, created to further this progress, favoured by its efforts the abandon of the traditional method of threshing for the use of combine-harvesters. The technical and economical aspects of threshing and of combine-harvesting are examined in succession.

[23] Cet article traite de la stratégie économique et financière de la Société Méridionale de Transport de Force (SMTF), entreprise qui assure la production et la distribution de l’électricité dans la quasi totalité du département de l’Aude dès sa création en 1899. Jusqu’à la première guerre mondiale, les dirigeants optent, avec succès, pour un développement centré sur la vente de courant aux particuliers. Sur cette base, la SMTF doit étendre son réseau ; après avoir échoué dans sa tentative d’obtenir la concession de Béziers, elle rachète la Société Hydroélectrique Roussillonnaise. Ses dirigeants surent toujours préserver son indépendance financière en dépit des pressions des établissements bancaires, et de la Société générale en particulier. Après la première guerre mondiale, la SMTF change de stratégie en tentant, sans trop de succès, d’impulser le développement économique du Bas Languedoc. Dans le même temps, la SMTF, en charge de l’électrification des campagnes, accède au statut d’entreprise “officielle”.

[24] This article deals with the financial and economic strategy of the Société Méridionale de Transport de Force (SMTF). This business generated and distributed electric power throughout almost all of the Aude department from 1899 onward. Until the first world war efforts were concentrated with success on supplying private individuals. In pursuit of this policy the SMTF grid was extended. Firstly, the SMTF tried to extend its network into the city of Béziers but it failed in this attempt. Later, the SMTF bought the Société Hydroélectrique Roussillonnaise. The directors were successful in maintaining its financial independence in the face of pressures from banks and in particular, the Société Générale. After, World War I, the strategy of the SMTF changed, trying without much success to kick start the economic development of the lower Languedoc. At the same time, the SMTF became an “official company” in charge of rural electrification.

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0