Accueil du site > Les activités > Séances mensuelles > Les séances de 2015 > Séance du 21 novembre 2015

Séance du 21 novembre 2015

Deux conférences à l’Auditorium de la chapelle des Jésuites, rue des Etudes. Entrée libre et gratuite.

14 h 30 : Jacques Roussel. Richesse et diversité de la numismatique audoise.

A travers de nombreux exemples extraits du site www.monnaiesaude.fr Jacques Roussel nous propose de découvrir la richesse et la diversité de la numismatique audoise. On sortira rapidement des classiques que sont les monnaies romaines et royales pour expliquer ce qu’est une monnaie de nécessité, un bon de confiance, un jeton... De la belle médaille célébrant l’inauguration du puits artésien des Cheminières au modeste bon en carton du boulanger de Saissac et aux diverses médailles et monnaies de Carcassonne, en passant par le poids de Montolieu, chaque document présenté est un petit morceau du puzzle de l’histoire de notre département et mérite notre intérêt.

15 h 30 : Charles Peytavie  : Les Pennautier, l’histoire mouvementée d’un lignage du Carcassès au cœur de la Croisade albigeoise et de la lutte contre l’hérésie (XIIe-XIIIe siècles).

Présents depuis le début du XIIe siècle dans l’entourage des Trencavel, vicomtes de Carcassonne, les seigneurs de Pennautier témoignent d’une fidélité sans faille à leurs suzerains au moment où ceux-ci deviennent la cible de la Croisade contre les Albigeois. Comptant parmi eux de nombreux fidèles au christianisme dissident des Bons Hommes, ils deviennent à leur tour la cible des croisés puis des inquisiteurs. Un membre du clan s’illustre tout particulièrement à cette époque, le chevalier Raymond-Arnaud de Pennautier, homme de confiance de Raymond Trencavel. En 1226, il aura la mission importante de restituer la cité de Carcassonne au roi de France Louis VIII descendu dans le Midi. Exilé en Catalogne aux côtés du vicomte, il fera partie des insurgés qui tenteront de reprendre Carcassonne en 1240. Faydits notoires et exemplaires, traqués désormais autant par le lys capétien que par la croix, les Pennautier n’hésitent pas à braver le danger organisant plusieurs voyages jusqu’à Montségur afin d’écouter la parole des plus grands dignitaires du catharisme. Privés de leurs biens et de leurs droits sur la seigneurie de Pennautier, dépossédés au profit de la Couronne, ils payeront longtemps leurs engagements politique et religieux. Il faudra du temps pour que les derniers membres du lignage de Pennautier deviennent des serviteurs zélés du souverain capétien. Quant à la réconciliation avec l’Eglise, nous verrons comment elle advint finalement en offrant à certains des membres de cette turbulente famille de très belles opportunités de carrière dans le clergé local.

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0