Accueil du site > L’Aude et le Monde. > Publications de nos membres. > « Edmond Combes, l’Abyssinien » de Paul Tirand.

« Edmond Combes, l’Abyssinien » de Paul Tirand.

Notre sociétaire,

.

Paul Tirand

vient de publier

Edmond Combes, l’Abyssinien, 1812-1848
La Passion de l’Orient

dans la collection Espaces littéraires
chez L’Harmattan.

« Embrasser les idéaux saint-simoniens en 1830, c’est un peu comme choisir le camp républicain au milieu des années 1840, ou militer à l’extrême-gauche en 1968. » (Antoine Picon, Les saint-simoniens).

Tel est le choix fait par Edmond Combes. Avec d’autres jeunes gens de sa ville natale, Castelnaudary, il s’enthousiasme pour cette doctrine, qu’il va prôner dans la région lyonnaise et en Suisse. Dans la continuité de cet engagement, il ne résiste pas à l’appel de l’Orient : de 1833 à 1837, il parcourt l’Egypte et l’Abyssinie où il connaît de nombreuses aventures qu’il relate dans deux ouvrages qui lui valent une notoriété certaine. Il noue une relation avec George Sand et Frédéric Chopin qui, affectueusement, le surnomment l’Abyssinien ; il est le témoin de leur dernière rencontre en mars 1848.

Sa carrière de diplomate, débutée en 1842, est une succession d’échecs ; soucieux de promeuvoir dans les états où il est en poste (Turquie, Maroc) plus de compréhension entre les communautés ethniques et religieuses, il se heurte, par ses interventions, aux autorités du pays et à ses supérieurs hiérarchiques. Nommé consul à Damas, il y est victime avec ses deux filles du choléra : lui qui œuvrait pour plus de tolérance entre les communautés meurt à trente-six ans sous les coups des autochtones qui accusent l’étranger d’avoir été à l’origine du fléau.

Cette biographie nous fait découvrir un personnage romanesque, soucieux de progrès humain et porteur d’un message qui garde toute son actualité.

Rappelons que Paul Tirand a écrit :

- Castelnaudary et le Lauragais audois (1814-1852) ;
- Castelnaudary (1870-1945) D’A. Fourès à J. Mistler ;
- Loges et Francs-maçons audois (1757-1945) ;
- Emile Digeon (1822-1894), l’itinéraire singulier d’un communard.

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0