Accueil du site > Les activités > Séances mensuelles > Les séances de 2007 > Compte rendu de la séance du 21 avril 2007

Compte rendu de la séance du 21 avril 2007

- Guy RANCOULE : Production de céramiques non tournées d’époque romaine. Un nouveau filon : la fosse IX du plateau d’Auriac.

JPEG - 13.6 ko
M. Guy Rancoule

Le lot homogène de céramique non tournée, urnes, pichets et écuelles a été trouvé dans une fosse à déchets romaine, à Auriac, Commune de Carcassonne. Cet ensemble a pu être situé chronologiquement par la présence de céramique culinaire africaine et autres importations. Il permet une première approche de la typologie, et de la résurgence, au milieu de l’époque impériale, de ces fabrications rustiques dans l’espace rural audois.

- Jean-Louis BONNET et Suzanne BEZOMBES  : La fontaine de Villaroy à Carcassonne.

JPEG - 8.3 ko
Mme Suzanne BEZOMBES

Installés dans la bastide en 1257, les Dominicains profitèrent d’un point d’eau, source ou puisard, dont ils conduisirent les eaux dans leur cloître.

JPEG - 14.9 ko
Le point d’eau de Villa Roy appelé source. Photographie de M. Bonnet

Cette fontaine d’eau vive abondante a souvent intéressé les consuls : en 1418, pour conduire le surplus des eaux dans les fossés, en temps de guerre ; en 1730, pour partager les eaux avec le marchand drapier Joseph Airolles qui avait signé un bail à rente foncière. Située près de la Tuilerie et appelée jusque là « fontaine des Dominicains », à partir de 1779, les eaux appartinrent entièrement à la ville qui fit aménager les abords de la nouvelle Porte et la fontaine prit le nom de Villaroy.

JPEG - 57.2 ko
La fontaine ancienne. Photographie de Mme Bezombes.

L’exposé bénéficiera d’une vidéo-projection durant laquelle seront présentés dans un premier temps des témoignages d’habitants de la Patte d’Oie, des Capucins, ou autres carcassonnais, des souvenirs qui se rattachent à la source de Villa Roy à l’époque où l’eau était un bien précieux et où les habitants faisaient la queue la cruche à la main.Dans un second temps, pour compléter l’étude sérieuse de Madame Juliette Costeplane en 1978, les intervenants ont repris les recherches et découvert des documents encore inédits pour répondre à quelques interrogations historiques : la situation de la fontaine, l’organisation et le tracé des aqueducs, les travaux entrepris. Il pourra être envisagé une étude archéologique et une analyse géologique par des spécialistes qui pourront s’appuyer sur les conclusions actuelles.

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0