Accueil du site > Les activités > Séances mensuelles > Les séances de 2007 > Compte rendu de la séance du 15 septembre 2007.

Compte rendu de la séance du 15 septembre 2007.

A l’occasion des journées du patrimoine, la société a choisi de consacrer cet après-midi au patrimoine viticole et de tenir sa séance mensuelle à Ferrals-des-Corbières, dans l’une des salles de l’Espace Culturel des Corbières, la très moderne réalisation de la commune et de la Communauté des Communes du Lézignanais.

Le président Michel Prun, après avoir souhaité la bienvenue à la trentaine de personnes présentes et remercié Monsieur Michel Wiénin d’avoir répondu à l’invitation de la société, communique diverses informations.

Durant les vacances, a été entamé le rangement de nos archives, l’inventaire et le classement informatisé de nos collections. Ce travail n’est pas achevé ; toute aide sera la bienvenue ajoute le président , qui annonce que la numérisation du fonds photographique de la SESA entrepris par les Archives départementales est en bonne voie.

Toujours au chapitre des satisfactions il signale que l’ouvrage ayant obtenu le prix Urbain Gibert est à l’imprimerie et que sa sortie se fera dans les délais prévus. Enfin, le programme et le calendrier des communications de l’année prochaine seront bientôt arrêtés.

Le trésorier dresse un rapide bilan financier ; il est sain, la société pourra faire face aux dépenses exceptionnelles inscrites dans le budget. Il présente l’adhésion de Monsieur Barthe.

La conférence de Michel Wiénin : Le patrimoine industriel de l’Aude en relation avec la viticulture :

Durant la période 1851 /1950 les industries liées à la vigne étaient nombreuses et variées dans le département de l’Aude où elles représentaient une bonne part de la richesse produite. Le conférencier les divise en quatre groupes : celles qui travaillaient le fer, celles qui employaient le bois, la chimie, la distillation. Et il s’interroge sur l’absence de verreries dans l’Aude.

Le fer : Des forges à la catalane du sud des Corbières et de la Montagne Noire sortent des lingots de fer qu’ouvragent les artisans. Entre 1850 et 1950, on compte, en moyenne un taillandier par canton, un maréchal-ferrant par village. Des ateliers, tels les ateliers Fafeur à Carcassonne qui donnent du travail à près de cent ouvriers en 1900, se spécialisent dans la fabrication de pompes, de pressoirs, de foulons…

Le bois : Dans les montagnes du nord et du sud du département nombreux étaient les bûcherons et/ou les paysans qui approvisionnaient les vignerons en échalas dont ils avaient besoin pour soutenir la vigne menée en treilles et non en gobelets, technique de taille relativement récente. Ils fournissaient aussi le chêne ou le châtaignier à la tonnellerie et proposaient les tiges souples de l’osier ou du châtaignier pour cercler les vaisseaux vinaires. Après la deuxième guerre mondiale, les ateliers de cuverie supplantent la tonnellerie.

La chimie : Le sulfate de cuivre est produit à Narbonne, des engrais organiques à proximité des villes. Les viticulteurs, on le sait, emploient le soufre pour prévenir l’oïdium et mécher les fûts. Il est extrait à Malvézy et traité sur place (de 1935 à 1953). A Saint-Nazaire d’Aude, le soufre importé d’Italie, est écrasé dans un moulin, tandis qu’à Homps il est raffiné par chauffage à 450° pour obtenir la fleur de soufre.

La distillation : La première distillerie naquit au XVIIIe siècle à Ouveillan. Les distilleries se développèrent à partir des années 1875/80 dans l’Aude qui en compta jusqu’à deux cents. Les huileries, pour des raisons de réglementations européennes , et les usines de production de jus de fruits, à Puichéric par exemple, resteront très modestes.

L’absence de verreries : pour conclure, Michel Wiénin s’étonne que des verreries ne se soient pas implantées dans le département de l’Aude. C’est une énigme que les historiens devront bien résoudre un jour. Jean Raffanel

On lira avec intérêt l’ouvrage de Michel Wiénin (textes) et Jean-Michel Périn (photographies) : Le patrimoine industriel de l’Aude. L’inventaire. Images du patrimoine, édité par l’Association pour la Connaissance du Patrimoine du Languedoc-Roussillon. 1998.

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0