Accueil du site > Les activités > Séances mensuelles > Les séances de 2009 > 21 février 2009.

21 février 2009.

* Bruno Le Roux : Les orchidées du Madres.

JPEG - 15.8 ko
{Epipogium aphyllum}

Le massif de Madres est unique d’un point de vue floristique au niveau du département de l’Aude. Son altitude élevée, son climat et sa géologie permettent cette richesse de tout premier ordre. Cette richesse se révèle au niveau des orchidées avec la présence d’au moins trois espèces que l’on ne rencontre dans notre département que dans ce massif. L’Epipogium aphyllum a été découverte récemment (Plassart 2006). De nombreuses stations de Corallorrhiza trifida et Listera cordata ont été découvertes en 2008 (Le Roux – Barreau 2008). Le Madres recèle également les stations de l’Aude les plus élevées en altitude de nombreuses espèces comme notamment l’Orchis pallens ou encore l’Epipactis helleborine. Un énorme travail d’inventaire depuis 2002 a permis de nombreuses découvertes orchidophiles mais d’autres espèces comme la Goodyera repens, présente à proximité dans les Pyrénées Orientales, sont à rechercher.

* Carine Rizzardi : La cathédrale Saint-Nazaire et Saint-Celse à l’époque romane. Nouvelle approche : étude des élévations.

JPEG - 31.1 ko
Basilique Saints Nazaire et Celse
Façade nord

Les grandes lignes de l’histoire architecturale de l’ancienne cathédrale Saint-Nazaire et Saint-Celse sont immédiatement visibles lorsque l’on visite le monument : une partie romane (nef et bas-côtés) et une autre gothique (le chevet, plus des chapelles greffées à la partie romane) l’ensemble étant restauré au XIXe siècle. On est même tenté, à la vue du nombre important de références bibliographiques de penser que tout a été dit. Mais, on constate que l’on connait peu l’évolution architecturale de cet édifice au sein même de ces grandes périodes de construction. Ma problématique est donc simple : comprendre les étapes de construction de ce monument et l’articulation des différentes structures les unes par rapport aux autres. Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de la simple analyse historique et stylistique, et d’appréhender le monument au plus proche du bâti, à travers une analyse des élévations, avec les contraintes qu’imposent une telle étude et les moyens à ma disposition. Nous verrons ce que cette nouvelle approche peut mettre lumière sur l’édifice roman.

PDF - 254.7 ko
Programme
A diffuser autour de vous- Merci !
  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0