SAINT-JEAN-DE-CAS, 1933

Carte, figure 1, n° 7 (figure 31).

En parcourant les garrigues, nous avons remarqué dans un terrain très raviné (parcelle 920 section B4 du cadastre de Mailhac), les tessons d’un grand vase non tourné, dispersés par les eaux. Nous en avons recueilli 32, ils ne suffisent pas pour retrouver le profil complet, mais la partie supérieure mieux conservée correspond à un vase cylindrique de 0,40 m environ de diamètre à l’embouchure (figure 47). Il est probable que le fond était arrondi. Les parois ont en, moyenne 0,015m d’épaisseur.
N° 272. L’argile, ou la marne, qui a servi à façonner ce vase est bourrée d’oolithes qui donnent à la surface un aspect grenu, aux endroits altérés, ces marnes à oolithes n’existent pas, à notre connaissance, sur le terrain de Mailhac, il serait intéressant de situer le lieu le plus proche où on les trouve.
Il faut donc que ce vase ait été transporté de ce lieu le plus proche de fabrication jusqu’à l’endroit où il a été cassé. Nous pensions d’abord que ces grandes jarres, très lourdes, étaient partout fabriquées sur place. Notre vase prouve qu’elles pouvaient voyager, probablement arrimées sur les boeufs de ces pasteurs semi-nomades. C’est pourquoi nous attachons de l’importance aux dégraissants contenus dans ces poteries. Ils aideront peut-être à préciser les cheminements de ces tribus.

Retour table générale
Aricle précédent
Article suivant