Accueil du site > Les activités > Séances mensuelles > Les séances de 2017 > Le 18 novembre 2017

Le 18 novembre 2017

Cette séance se tiendra dans l’Auditorium de la Chapelle des Jésuites, mis à notre disposition par la Municipalité de Carcassonn à partir de 14 h 30.

Entrée libre et gratuite.

David Gazel : Limites de cités et pagi de la Narbonnaise : nouvelles hypothèses sur l’évolution du territoire de Narbonne dérivées de la Divisio Wambae et proposition de datation.

Dans une précédente intervention publiée au Bulletin de la SESA, nous avons abordé, sur un cas concret, la cité-diocèse de Carcassonne, l’interprétation d’un texte à l’authenticité discutée, la Divisio Wambæ. L’hypothèse que le texte s’appuie sur des itinéraires décrits par des paires de points permet de concilier les données connues, sur Carcassonne et les cités-diocèses voisins, pour les époques précédant et suivant le VIIe s. Nous nous penchons à présent sur le cas de la métropole de la province, Narbonne, pour montrer que, bien que celle-ci n’ait pas dans la Divisio Wambæ de points associés à son nom, elle est cependant délimitée de la même façon que les autres cités-diocèses. En outre, un certain nombre d’observations permet de généraliser quelques hypothèses aux pagi, et de proposer une datation pour la version originelle du texte.

JPEG - 124 ko

Marie-Elise Gardel et Laurence Cornet : Carcassonne, la Cité : le site de Porte d’Aude, étude de la céramique et premières interprétations.

La fouille programmée effectuée en 2014 sur le talus occidental de la Cité de Carcassonne, près de la porte d’Aude, a fourni sur environ 70 m² une grande densité de structures médiévales. Un bâti très dense mais très arasé est apparu : un premier bâtiment quadrangulaire est perceptible, vestiges d’habitation, compte tenu de la présence d’un foyer et de la nature du mobilier qui y a été recueilli, majoritairement céramique.
Son étude montre une majorité de céramique médiévale, qui se situe chronologiquement au milieu du XIIIe s., ce qui pourrait correspondre à la dernière occupation de ce talus, attestée par les textes entre 1247 et 1255/60, « entre la Cité et l’Aude ». Ce site présente donc un intérêt majeur pour l’histoire des fortifications de Carcassonne et de son évolution urbaine. C’est à ce jour la seule « fenêtre » que nous possédions sur les quartiers situés sur la rive droite de l’Aude, avant la destruction des bourgs dans l’hiver 1240-1241. Mais cette fouille a aussi fourni quelques indices sur les îlots du premier bourg, construit à partir de 1247, avant son déplacement définitif sur la rive gauche en 1260. Ces résultats sont donc vraiment intéressants pour pour la connaissance de l’évolution urbaine au Moyen Age dans le Sud de la France.

JPEG - 152.6 ko
  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0