Accueil du site > Rubricabrac > La Méridienne de Paris et le système métrique.

La Méridienne de Paris et le système métrique.

Après la conférence de Patrick Valette, M. et Mme Francis Teisseire nous ont communiqué diverses informations relatives à la Méridienne à Carcassonne. Ils ont rappelé les articles suivants :

- Henri Alaux : La croix de Cassini, le Méridien de Paris et la Société des Arts et des Sciences de Carcassonne.Bulletin de l’Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne - Années 1976-1977-1978 - 4ème série - Tome IX.

- Henri Alaux : Le Pilier de Gougens. Bulletin de l’Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne - Années 1993-1994 - 5ème série - Tome V.

- Claude Marquié : Du méridien de Paris à la Méridienne verte - Article paru dans La Dépêche du Midi du dimanche 3 janvier 1999.

- Extrait du registre des arrêtés de la préfecture du département de l’Aude :

  • 12 août 1806 :

Article 1 : La direction de la ligne méridienne de Paris, constatée suivant la méthode rédigée par M. Gautier, l’un des professeurs de géométrie de Paris, d’après le travail de M. Delambre, sera indiquée d’une manière fixe et permanente.

Article 2 : A cet effet, M. le Maire de Carcassonne, fera placer dans le champ du sieur Delpons, affineur de draps, au point d’intersection de ladite méridienne avec la perpendiculaire menée de la tour de Saint-Vincent et à 1111 mètres à l’occident de cette tour une pierre de quinze palmes de hauteur. Cette pierre sera plantée à la profondeur de 1 m. La partie saillante hors de terre aura cinq palmes de hauteur, elle sera quarrée et chaque face aura cinq palmes de largeur, elle sera placée de manière qu’un des angles soit tourné du côté nord et que les trois autres angles soient dans la direction des autres points cardinaux. Lorsque cette pierre sera invariablement fixée, il sera tracé sur la partie saillante deux guidons qui viendront se croiser au centre, l’un du nord au midi indiquera la direction de la méridienne et l’autre du levant au couchant indiquera la direction de la perpendiculaire menée de la tour de Saint-Vincent...

Article 3 : Le direction de la ligne méridienne sera en outre indiquée, savoir du côté du nord par une éguille ou obélisque de pierre de taille élevée sur une base quarrée et placée sur le bord méridional de la route de Toulouse à Montpellier et du côté du midi par une éguille semblable placée sur le bord de la route de Bayonne en Italie par Mirepoix et Fanjeaux. Sur la face septentrionale de la base de chacune de ces aiguilles on gravera la distance qui se trouve entre l’emplacement de l’aiguille et la perpendiculaire élevée de la méridienne de Paris au point de l’Observatoire.

Article 4 : Lorsqu’il sera question de lever le plan de la commune de Carcassonne pour servir au cadastre de la France, le géomètre chargé de lever les plans prendra pour base la ligne droite comprise entre les deux aiguilles et qui suit la direction de la méridienne sur une longueur de 1296 mètres. Au moyen de quoi les deux aiguilles formeront les deux points extrêmes de la base et serviront à marquer les extrémités septentrionales et méridionales de la base...

Article 5 : Les frais qu’occasionneront tant l’érection des deux pyramides que la plantation de la pierre à placer au champ du sieur Delpons seront supportés par la ville de Carcassonne...

  • 12 août 1806 : lettre du préfet au maire pour traiter de gré à gré avec M. Delpons, propriétaire du champ.
  • 15 septembre 1806 : approbation du préfet à la délibération du conseil municipal.
  • 16 septembre 1806 : Fournial et Raynaud (maçons) : fournitures et ouvrages de placement des obélisques et signaux pour la somme de 1175 F.
  • 20 septembre 1806 : réponse du préfet : obligation d’une adjudication.
  • 26 février 1807 : lettre du préfet fixant au 21 mars 1807 la pose de la pierre.
  • 10 mars 1807 : devis estimatif de la pose : 150,94 F.
  • 7 octobre 1807 : lettre du préfet de l’Aude au maire où il est mentionné que le sieur Delpons ne veut pas être indemnisé et cède le terrain pour le nouveau canal gratuitement.
  • 1er juin 1808 : payé au sieur Fournial, frais de l’érection d’une pyramide indiquant la direction de la méridienne : 150 F.
  • 1975 : La pierre a existé dans un jardin de la rue Rodin jusqu’en 1975. Détruite lors de travaux sur la maison.
  • Document 4E M1/21 des Archives départementales de l’Aude :

L’an III du règne, Napoléon Empereur des Français, Roi d’Italie, et le 13 septembre mil-huit-cent-six

Cette pierre a été posée par Mr Claude Joseph Trouvé, Préfet du Département de l’Aude, au point d’intersection de la Méridienne de l’observatoire de Paris avec la perpendiculaire menée de la tour de Sant-Vincent de Carcassonne à six cent vingt cinq mille quatre vingt dix sept mètres de distance de la perpendiculaire de l’observatoire, et à onze cent onze mètres de la tour de Saint-Vincent.

Ce point a été déterminé d’après les observations faites par Mr Cassini en 1739, confirmée par M.M. Méchain et Delambre en 1798.

Ce simple monument indique la direction de la Méridienne de Paris auprès de Carcassonne et conserve le souvenir des opérations ordonnées en différents temps par le gouvernement pour la mesure de la terre, et de celles que l’Empereur a prescrites pour la confection du Cadastre général et la levée du plan topographique de la France.

Retour au compte rendu de séance

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0