Accueil du site > Les activités > Séances mensuelles > Les séances de 2011. > Le 19 février 2011.

Le 19 février 2011.

JPEG - 162.8 ko
Mathieu de Termes, petit fils d’Olivier de Termes et chancelier du roi Manfred de Sicile serait devenu moine augustin sous le nom d’Agostino Novelli après avoir été blessé à la bataille de Bénévent (1266). Il meurt en odeur de sainteté à la tête de l’ordre des augustiniens à Sienne en 1309. (Tableau de Simone Martini, Sienne, 1324)
http://commons.wikimedia.org/wiki/F...

- Gauthier Langlois : La famille de Termes au cœur des relations politiques entre la France, l’Aragon et l’Italie (XIIIe siècle-XIVe siècles)

La grande histoire politique, celle des guerres, des alliances et des paix qui ont façonné les frontières européennes n’est pas seulement l’œuvre des rois et des princes. C’est aussi l’œuvre de personnes plus modestes au service des puissants comme Olivier et Mathieu de Termes. La réconciliation du comte de Toulouse Raymond VII, du Pape et de l’empereur Frédéric II (1244) ; la fixation de la frontière entre l’Aragon et la France au traité de Corbeil (1258) ; le mariage de Pierre III d’Aragon et Constance de Sicile à Montpellier (1262) ; les Vêpres siciliennes, soulèvement tragique au cours duquel les siciliens se retournent contre les Français (1291) sont quelques uns des évènements où des membres de la puissante famille de Termes ont exercé de manière décisive leurs talents diplomatiques et militaires. A la manière d’une enquête policière l’orateur nous emmène dans le monde plein de secrets de la diplomatie médiévale.

Gauthier Langlois est enseignant à Carcassonne et historien. Il est l’auteur d’une biographie d’Olivier de Termes (2001) et du scénario de la bande dessinée l’Aude dans l’histoire (2006). Il a participé à de nombreux ouvrages collectifs dont la série Vilatge al pais sur les cantons de l’Aude. Il va publier une étude sur la Légende de Dame Carcas.

- Jean-Louis Bonnet : De la Tour Grosse au Jardin du Calvaire (Carcassonne).

JPEG - 36.7 ko

A l’angle sud-ouest de la Bastide, une imposante tour construite en 1359 assura la défense jusqu’aux guerres de religion. La Tour grosse devint un bastion dans les années 1590 et servit ensuite à l’installation de moulins. En 1825, à défaut de pouvoir acheter un local aux pénitents, l’association du Calvaire utilisa une grande partie du bastion qui appartenait à la famille Cazaintre. Ce projet empêcha la démolition probable de l’ouvrage fortifié.

Le chanoine Jean Cazaintre (1758-1830) dirigea les travaux sur des plans dressés par les architectes Champagne. Les meilleurs sculpteurs et plâtriers réalisèrent les stations du Chemin de Croix. L’évêque racheta le bien en décembre 1830 et le donna ensuite au chapitre cathédral (février 1847). Le jardin, devenu propriété municipale en 1908, sera loué à un jardinier avant de bénéficier d’un entretien paysager et de devenir un site botanique riche en espèces méridionales.

On ne présente plus Jean-Louis Bonnet qui a écrit plusieurs livres d’histoire, en particulier sur les monuments et immeubles de Carcassonne et qui assure avec beaucoup de disponibilité des visites des lieux historiques de la ville. Le livre sur le marbre de Caunes-Minervois auquel il collabore devrait être publié sous peu.

Il proposera une visite de ce bastion à l’issue de la séance.

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0