Accueil du site > Les activités > Sorties et excursions > Journées européennes du Patrimoine 2006

Journées européennes du Patrimoine 2006

à Ladern, le monachisme médiéval

JPEG - 17.6 ko
Une partie du public avant les conférences

Malgré un temps exécrable, de nombreuses personnes étaient présentes dès 9h30 à Ladern pour écouter les conférences de Mme Hancke et M. Peytavie sur le monachisme médiéval.

JPEG - 11.9 ko
Mme Hancke

Ainsi, Mme Hancke va nous faire découvrir le monachisme féminin dans notre région au Moyen Age. Jusqu’au XIIe siècle, le monachisme féminin est quasiment absent. Il faudra attendre la fin du XIIIe siècle pour que les premières institutions religieuses catholiques pour femmes s’installent et prennent de l’expansion avec le succès de la branche féminine de Cîteaux- grâce particulièrement à la fin des communautés religieuses hérétiques. Mais il existait dès le XIIe siècle d’autres formes de vie religieuse monacale pour les femmes : dans la tradition des deo devotae, menant vie religieuse à la maison, des moniales existent sous l’autorité des abbayes d’hommes, dans les murs mêmes du monastère ou dans de petits prieurés féminins et mixtes. Cette forme de vie, qui a malheureusement laissé peu de traces dans les cartulaires de ces abbayes, plus intime et sans doute moins institutionnalisée que dans un monastère de femmes, ressemble sans doute davantage à la vie en communauté cathare. Ayant même peut-être inspiré la naissance de ces dernières, elle disparaît cependant au même moment, au profit également des nouvelles institutions religieuses ne sortant plus des cadres établis de l’Eglise romaine.

JPEG - 10.6 ko
M. Charles Peytavie

Prenant la suite, M. Charles Peytavie met en lumière la prédication des dominicains, les frères prêcheurs dans la ville basse et dans le diocèse de Carcassonne. Fondé en 1247, ce couvent prend considérablement de l’importance et devient pour les frères prêcheurs une étape obligatoire pour leur théologie. Jusqu’à maintenant, nous ne possédons que très peu d’éléments sur leur mission de prédication. La découverte par M. Peytavie d’un livre sur un de ces frères dominicains, Martin Donadieu (1270 -1299) va sans doute révéler de nombreux faits nouveaux. Dans ce livre, Martin Donadieu est décrit comme le frère modèle. Il avait de son vivant un certain rayonnement et surtout il avait un don exceptionnel pour la prédication et le chant. Ce livre écrit par Bernard Guy est en fait une enquête menée après la mort de ce frère auprès des gens qui l’avaient connu. Ses talents de prédication, entr’autre, lui valurent d’être présenté à la canonisation par le pape Jean XXII.

JPEG - 18 ko
Autour de la table...
JPEG - 16.8 ko
...les participants reprennent des forces

Dans l’après-midi, M. Jean Blanc nous fit découvrir l’Abbaye Sainte-Marie de Rieunette. Nichée dans les montagnes du Val-de-Daigne, elle se situe sur la commune de Ladern - sur- Lauquet.

JPEG - 14.7 ko
M. Jean BLANC

Le plus ancien document connu mentionnant cette abbaye est une charte datée de 1162 mais il est probable que l’abbaye existait déjà. Elle est attachée au monastère cistercien de moniales de Tart (Bourgogne) mais elle est sous la tutelle de l’abbaye de Villelongue (Montagne Noire). Dès le XIVe siècle, les premiers problèmes de sécurité surgissent : peste noire, Guerre de Cent ans mais c’est en 1528, face aux menaces des guerres de Religion, que l’abbesse et les sœurs décident de venir se réfugier à Carcassonne. C’est à ce moment que les moines de Villelongue décident de vendre les biens des religieuses. Au milieu du XVIIe siècle, l’abbesse Cécile de Noé essaie de revenir à Rieunette malgré l’hostilité des moines de Villelongue. Elles en seront chassées violemment et l’abbaye est une nouvelle fois dévastée par « cinq à six cent hommes armés » à la solde de l’abbé de Villelongue. Quant à Elisabeth de Lévis qui lui succède, sa tentative de reconstruire l’abbaye de Rieunette se révèlera vaine puisqu’elle est mortellement attaquée en visitant les terres de l’abbaye.

JPEG - 19.6 ko
Cloître de l’abbaye de Rieunette

En 1988, lors de l’anniversaire du neuvième centenaire de la fondation de l’abbaye de Cîteaux, l’abbaye de Rieunette est rouverte par des sœurs venant de l’abbaye cistercienne de Boulaur (Gers)

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0