Accueil du site > Les activités > Séances mensuelles > Recommandations aux auteurs.

Recommandations aux auteurs.

Communication orale
Communication écrite
Propriété littéraire – droits et responsabilités
Longueur du texte
Délais de transmission
Présentation des articles écrits
Saisie informatique et illustrations
Diffusion de la recherche

La Société d’études scientifiques de l’Aude publie un bulletin annuel réunissant des communications et des notes. Elle publie également des études monographiques. Ces publications sont centrées sur le département de l’Aude ou ses confins, dans le domaine des sciences naturelles et environnementales telles que la géologie, la paléontologie, la botanique, la lichénologie, la zoologie, la climatologie, et la malacologie ; et dans celui des sciences humaines telles que la préhistoire, l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire littéraire, l’ethnologie, l’anthropologie, la géographie, l’héraldique, la numismatique et l’onomastique.

Les communications, notes et mémoires doivent être inédits, allier rigueur scientifique et clarté pédagogique. Leur contenu doit répondre aux exigences d’une science citoyenne et éthique.

Les propositions de communications, notes et études sont à soumettre au bureau de la Société. Il les accepte sous réserve de leur intérêt et en fonction des disponibilités du calendrier de programmation. Conformément à ses statuts, « la Société ne prend sous sa responsabilité aucune des opinions ou assertions émises par les auteurs des communications ou travaux insérés dans le bulletin… » (Article XIV).

COMMUNICATION ORALE

Toute communication susceptible d’être publiée dans le bulletin doit faire l’objet d’une présentation orale en séance publique par leur auteur ou à défaut par un autre membre de la Société. La durée de cette présentation ne doit pas excéder une heure (questions du public comprises). Elle ne donne lieu ni à rémunération ni à indemnité. Le bureau se réserve le droit de demander le texte de la conférence ou de la communication avant sa présentation orale.

Au plus tard cinq semaines avant la séance, les auteurs doivent faire parvenir au secrétaire de la Société un résumé présentant l’exposé de manière attractive (dix lignes au maximum), une présentation de l’auteur et quelques illustrations pertinentes. Ce texte et ces illustrations seront utilisés pour annoncer nos travaux à la presse et sur nos différents supports de communication (séance publique, Facebook, site web, courriels, affiches…). Ils serviront ensuite à rédiger avec précision le compte rendu de la réunion qui sera éventuellement publié sur notre site ou dans la presse.

La Société dispose de moyens audiovisuels (projecteur vidéo couplé avec un ordinateur PC) qu’elle peut mettre à la disposition des communicants. Un test de compatibilité peut s’avérer nécessaire quelques jours avant la séance.

La communication doit mettre en avant une problématique bien définie et allier clarté pédagogique et rigueur scientifique pour être comprise et appréciée à la fois par un public savant et néophyte. Les informations présentées doivent être contextualisées et mises en perspective. L’exposé doit dégager l’intérêt de l’étude.

Retour en tête d’article

COMMUNICATION ÉCRITE

Conformément au règlement intérieur de la SESA, pour pouvoir publier dans le bulletin ou dans la collection de mémoires il faut être membre adhérent ou bien être invité par le bureau de la Société.

Le manuscrit de la communication, de la note ou du mémoire sera soumis à la commission du bulletin. Le cas échéant, la commission peut soumettre le texte, pour avis critique, à des personnalités extérieures à la SESA reconnues pour leur expertise dans le domaine concerné. Le Bureau se réserve, sur avis de la commission, le droit de refuser un texte qui ne respecterait pas les critères du bulletin, notamment en ce qui concerne son originalité, son thème, son champ géographique ou sa rigueur scientifique. Si le texte est accepté, les remarques et corrections éventuellement demandées sont communiquées à l’auteur. Les membres de la commission du bulletin ont en charge un long travail de relecture, et ne peuvent se charger de corriger le texte pour le mettre en conformité avec nos règles de publication. Par conséquent l’auteur doit s’engager à corriger lui-même son texte.

Retour en tête d’article

Propriété littéraire – droits et responsabilités

Les textes insérés dans les publications sont de la seule responsabilité de leurs auteurs. À ce titre, ils doivent obtenir auparavant l’autorisation écrite de reproduction des documents non libres de droit auprès des détenteurs de ces droits. Les mentions de ces autorisations doivent apparaître clairement en légende ou dans le texte.

L’auteur cède à titre gracieux à la Société le droit exclusif de publier son texte dans le bulletin, dans sa collection de mémoires, ou ses autres publications, sur support papier ou numérique. Dès leur publication, les textes deviennent propriété de la Société (éditeur) et toute reproduction partielle ou totale, quelle qu’en soit la forme, ne peut être effectuée sans son autorisation préalable, sauf exceptions prévues par la loi. Toutefois, après l’expiration d’un délai de trois ans après la parution du bulletin, l’auteur pourra librement mettre en ligne sa communication ou sa note.

En contrepartie, en sus d’un exemplaire du bulletin qui lui sera remis en qualité de membre de la Société, l’auteur recevra un fichier numérique au format PDF de sa communication ou de sa note. L’auteur peut également acquérir d’autres exemplaires au tarif préférentiel accordé aux membres de la Société.

Retour en tête d’article

Longueur du texte

Pour les communications ou les notes il importe de ne pas soumettre de trop longs textes ni d’illustrations superflues. Il est impératif que les communications n’excèdent pas 75 000 caractères, notes et espaces comprises (soit vingt pages du bulletin, les illustrations étant incluses dans ce nombre de pages). Les notes présentées à la fin du bulletin doivent être brèves et ne peuvent remplacer une communication. Le cas échéant, la commission du bulletin se réserve le droit d’opérer, après consultation de l’auteur, les suppressions et les modifications qu’elle jugera nécessaires.

Les documents annexes qui ne pourraient prendre place dans le bulletin papier pourront éventuellement être publiés dans un supplément numérique en ligne. Les travaux de grande ampleur pourront être publiés sous la forme de livre, mémoire ou hors-série (sur l’avis de la commission du bulletin et après validation du projet par le bureau de la Société).

Retour en tête d’article

Délais de transmission

Pour les textes destinés à la publication les délais indispensables à la réalisation des éventuelles corrections imposent l’obligation de remettre une version numérique si possible avant la communication orale, sinon impérativement dans les quinze jours qui suivront celle-ci. Passé un délai de deux mois après la communication orale aucune correction ou modification du contenu de la communication ne sera acceptée.

Les communications présentées en fin d’année (novembre et décembre) voient ce dernier délai réduit respectivement à un mois et quinze jours.

Les modifications intervenant lors du « bon à tirer » ne peuvent concerner que la mise en page.

Retour en tête d’article

Présentation des articles écrits

Il convient de se conformer aux règles suivantes adoptées dans les bulletins précédents :

- Faire précéder le texte d’un court résumé en italique. À la suite du résumé doit figurer, sur une ligne, une liste de mots clés. Il est souhaitable de fournir également une traduction du titre, du résumé et des mots clés en anglais et éventuellement en d’autres langues appropriées. Ces informations sont destinées à faciliter le référencement et la recherche dans les bases de données informatiques. Le plus souvent seule la version française de ces informations sera publiée dans le bulletin papier. La version française et les autres versions pourront être publiées sous forme numérique.

- Ne pas numéroter les divers titres et sous-titres, mais noter clairement le plan suivi sur un fichier séparé afin que le maquettiste puisse indiquer par la grosseur et l’épaisseur des caractères la hiérarchie des divers paragraphes. Il est inutile de réaliser la mise en page, celle-ci relevant de la compétence du maquettiste.

- Les notes, sauf exception, ne doivent pas être des compléments au texte, mais essentiellement renvoyer aux sources ou références bibliographiques utilisées.

- Les citations en latin, occitan ou autres langues étrangères doivent être indiquées en caractères italiques et entre guillemets : « ut semper », tandis que les citations en français doivent demeurer en caractères romains : « comme toujours ». Dans le corps de texte les mots ou locutions latines doivent également être indiqués en italique.

- On met également en italique les titres de livres, d’écrits divers, d’œuvres d’art, de films, de poèmes, de pièces de théâtre, de disques, de chansons, d’émissions de radio et de télévision, de documents électroniques.

- La rédaction des notes et des indications bibliographiques doit se conformer au modèle suivant :

  • Nom (P.), Titre, Lieu d’édition, Éditeur, année d’édition, p. 9-10.
  • Nom (P.), « Titre », Bull. SESA, t. XCV, 1995, p. 9-10.

Exemples :

  • Rœderer (M.-C.), Paroisses et communes de France : Aude, Paris, CNRS, 1979.
  • Bascou (P.), « La vie à Albières à la fin du XVIIe siècle, à partir de trois inventaires après décès », Bull. SESA, t. XCIV, 1994, p.137-152.
  • Abbé (J.-L.), Baudreu (D.), Peytavie (C.), « Les répercussions de la croisade albigeoise dans la morphologie urbaine et la vie paroissiale à Limoux », dans Roquebert (M.), dir., La croisade albigeoise. Actes du colloque du Centre d’études cathares, Carcassonne, 4-6 octobre 2002, Centre d’études cathares, Carcassonne, 2004, p. 323-348.
  • Dans le texte, la bibliographie et les notes, les noms de personnes et de lieux doivent être écrits en minuscules.
  • Les passages ou incises indiqués entre parenthèses ou entre tirets doivent être brefs.
  • La légende des tableaux, graphiques, photographies et autres illustrations doit porter la mention « Fig. » suivie du numéro d’ordre qui lui est attribué dans une suite continue de 1 à l’infini. L’intitulé de la légende ne doit pas être suivi de ponctuation. Exemple : Fig. 1 : Températures moyennes annuelles (1873-1900)
  • Dans le texte les renvois aux figures doivent se faire entre parenthèses de la manière suivante : (fig. + numéro d’ordre). Correction orthographique et typographique.

Les ouvrages de référence utilisés sont :

  • Dictionnaires Larousse, Le Robert ou Le Littré
  • Perrousseaux (Y.), Manuel de typographie française élémentaire, Atelier Perrousseaux éditeur, 1995.

En ce qui concerne la typographie nous attirons votre attention sur quelques règles souvent transgressées notamment pour les abréviations :

On abrège :

  • et cetera par etc. et non etc...,
  • Monsieur par M. 
  • Madame par Mme
  • Mademoiselle par Mlle
  • Les siècles s’écrivent en chiffres romains suivis d’un exposant : Ier, IIe siècle et non IIème siècle ou toute autre formule.
  • Les unités de mesure ne prennent pas de point après l’abréviation qui s’écrit toujours au singulier, p. ex. 25 kg de blé.
  • Lorsque les points cardinaux désignent une région, ils ne s’abrègent pas et prennent une capitale initiale. Ils ne prennent pas de capitale lorsqu’ils désignent une direction : « il se dirige vers l’ouest pour atteindre l’Ouest audois ». Leurs abréviations s’écrivent en capitale sans point : O, NO.
  • Être attentifs aux espaces concernant les signes de ponctuation : il faut une espace après le point (.) et la virgule (,), un espace insécable avant et après les point-virgule ( ; ), deux-points ( : ), point d’interrogation ( ? ), point d’exclamation ( ! ).

-* capitales soumises à des règles typographiques strictes. Ne pas omettre les signes d’accentuation sur les majuscules (À, É, etc.). Pour plus de précision sur la ponctuation et l’usage des majuscules se reporter aux ouvrages cités en référence.

Retour en tête d’article

Saisie informatique et illustrations

Les auteurs doivent remettre à la Société une version numérique de leur contribution de préférence par courriel ou par le biais d’un serveur de fichiers volumineux, ou à défaut sur clé USB ou CD-Rom. Un texte clair et bien présenté facilite la tâche de la commission du bulletin. Le choix du format informatique du texte doit permettre de l’exporter facilement. Il est recommandé d’utiliser de préférence une version récente du logiciel de traitement de texte Word. Le texte doit être saisi sans mise en forme à l’exception du retour à l’alinéa après les titres, sous-titres et changements de paragraphes. Il convient d’utiliser une seule police de caractère (Arial taille 10 de préférence). Il ne doit pas comporter de césures, sauts de page forcés, mises en valeur de titre ou de paragraphe tels que les encadrements, les styles, etc.

Il importe également de ne pas y inclure les illustrations afin de ne pas gêner la composition. S’ils le souhaitent, les auteurs pourront toutefois joindre à titre indicatif dans un fichier annexe une maquette de leur texte mis en forme incluant les illustrations.

Afin de faciliter le travail de mise en page, les légendes des figures doivent être communiquées sur un fichier à part. Le numéro de la figure et la légende doivent permettre d’identifier clairement leur emplacement dans la mise en page du texte. Pour les mêmes raisons, les notes doivent être numérotées en continu.

Les photographies et illustrations doivent être fournies en format numérique en haute résolution (en cas de caractères inclus dans l’illustration, les faire de taille suffisante pour qu’elles soient lisibles après réduction). Elles doivent être sauvegardées sur des fichiers indépendants. Utiliser alors impérativement les formats suivants facilement utilisables par l’imprimeur : PSD, Tiff, EPS, JPEG, AI.

Nommer les fichiers ainsi :

  • « NomAuteur-MotTitre-Texte » suivi de l’extension (.docx par exemple) pour le texte,
  • « NomAuteur-MotTitre-Plan » suivi de l’extension (.docx par exemple) pour le plan de l’article,
  • « NomAuteur-MotTitre-Fig1-MotLégende » suivi de l’extension (.jpeg par exemple) pour les illustrations.

Retour en tête d’article

Éventuellement :

  • « NomAuteur-MotTitre-Mise en Forme » suivi de l’extension (.docx par exemple) pour le texte présenté selon la mise en forme souhaitée.

Par « NomAuteur » on entend le nom de l’auteur ou du premier des auteurs.
Par « MotTitre » on entend un mot du titre caractérisant l’article
par exemple « Roederer-Paroisses » pour « Rœderer (M.C.), Paroisses et communes de France » » et « Bascou-Albieres » pour « Bascou (P.), « La vie à Albières à la fin du XVIIe siècle, à partir de trois inventaires après décès ».

Par « MotLégende » on entend un ou plusieurs mots caractérisant la légende de la figure.

Diffusion de la recherche

Les auteurs sont invités à faire connaître par tous moyens leurs communications et le bulletin de la Société auprès du grand public et de la communauté scientifique. Il leur est conseillé notamment de référencer leurs communications sur des bases de données ou réseaux sociaux de chercheurs tels que HAL (archives ouvertes) ou academia.edu. Ils peuvent contribuer à la vente du bulletin lors des salons et conférences auxquelles ils participent.

Retour en tête d’article

Texte rédigé par la Commission du bulletin, approuvé par le bureau de la Société le 11 mars 2020.

Ce texte peut être téléchargé au format pdf en cliquant ci-dessous :

PDF - 134.4 ko
  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0