Sarcophages médiévaux à Salles-d’Aude

Le journal La Dépêhce, édition audoise du 15 février 2021 signale la découverte de sarcophages médiévaux à Salles-d’Aude au lieu-dit La Croix de Belle. Les photographies ci-dessous sont tirées de cet article.

C’est une drôle d’histoire qui est arrivée dimanche à un quatuor bien connu, membres du groupe Patrimoine de la Bonne Entente Salloise. Pour situer les faits, rappelons que le lotissement de la Croix de Belle, face au tennis et au nouveau cimetière du village, est sorti de terre il y a déjà quelques mois. Auparavant, c’était une vigne. De tout temps, les anciens Sallois ont raconté qu’à chaque charruage des fragments de vestiges, poteries et pièces de monnaie étaient restitués par la terre.

En ce moment, des travaux d’enfouissement de gaines électriques et autres canalisations sont en cours. En passant en voiture, le groupe a été intrigué par la présence d’une grande pierre ressemblant à un abreuvoir, abandonnée sur un tas de tuyaux en bord de route, et destinée à être évacuée avec les décombres, ainsi que deux autres blocs du même genre situés à l’intérieur du chantier grillagé.

Le premier coup d’œil s’est révélé exact et, en y regardant de plus près, les quatre « chercheurs » ont remarqué des ossements sortant de la terre occupant l’intérieur de la pierre. Après avoir gratté avec précaution celle-ci, de nombreux os humains ont été mis au jour. Il s’agissait en fait d’un sarcophage.

La municipalité a été aussitôt prévenue et dès lundi matin les services techniques municipaux se sont rendus sur place pour mettre en sécurité les trois sarcophages. Il était temps, car les décombres devaient être enlevés dans l’après-midi. La Drac, (Direction régionale des affaires culturelles), a également été prévenue par la municipalité et, dès lundi après-midi, des représentants étaient sur place.

Il semblerait également, aux dires des ouvriers interrogés, que les trois sarcophages remontés du sol lors des derniers travaux ne soient pas les seuls et que plusieurs autres façades du même genre ont été aperçues à environ deux mètres de profondeur, en bordure de route.

Il reste désormais aux services compétents de dater les trouvailles du quatuor de la Bonne entente de manière à savoir si cette découverte est importante ou simplement anecdotique.