Accueil du site > L’Aude et le Monde. > Publications relatives à l’Aude > NARBONNE À L’ÉPOQUE TARDO-RÉPUBLICAINE

NARBONNE À L’ÉPOQUE TARDO-RÉPUBLICAINE

LA REVUE ARCHÉOLOGIQUE DE NARBONNAISE dans son SUPPLÉMENT 38 propose :

NARBONNE À L’ÉPOQUE TARDO-RÉPUBLICAINE CHRONOLOGIES, COMMERCE ET ARTISANAT CÉRAMIQUE

par Corinne SANCHEZ

avec la contribution de Fabien Convertini, Mireille Courrent, Pierre Rascalou

JPEG - 78.2 ko

dont voici une présentation ainsi que la table des matières :

“Rempart et observatoire du peuple romain” suivant Cicéron, “La plus grande place de commerce de la région” selon le géographe Strabon, Narbonne — qui fut la plus ancienne colonie romaine hors d’Italie — apparaît comme la référence primordiale pour étudier les transformations économiques et culturelles de la Gaule du Sud sous la domination de Rome. Pourtant, malgré les travaux pionniers de quelques grands érudits qui se penchèrent jadis sur l’histoire de la cité, en dépit de la multiplication récente des données archéologiques issues notamment des fouilles préventives, les deux premiers siècles de la colonie manquaient encore d’une synthèse monographique à la hauteur des enjeux scientifiques posés par la “première fille de Rome”. Il revient à Corinne Sanchez d’avoir brillamment comblé cette lacune en nous offrant cette somme imposante qui livre en détail et dans un exposé solidement argumenté tout ce qu’on peut dire actuellement de l’archéologie des premiers siècles de la capitale provinciale. Narbonne des origines est abordée par l’étude du mobilier céramique provenant de la zone urbaine, des secteurs portuaires, des oppida et des sites ruraux périphériques. Grâce à l’analyse de nombreux ensembles, des éléments nouveaux sur les critères de datation pour les deux premiers siècles avant notre ère sont apparus qui serviront désormais de référence bien au-delà de la région. Pendant la période de la première colonie, la question des découvertes se rattache étroitement à celle de la topographie primitive de l’agglomération. Le rôle commercial de la place, inscrite dans un environnement contraignant mais dont l’évolution est complexe et encore mal connue, repose sur l’organisation de zones portuaires. Les vestiges mobiliers qui y ont été exhumés font aussi l’objet d’une analyse poussée. Au terme de l’étude est proposé un premier schéma de fonctionnement général où se fait jour l’hypothèse d’un commerce privilégié avec certaines régions d’Italie et de Catalogne. Le transfert de techniques avec l’apparition d’ateliers influencés par les modèles italiques et les changements économiques avec le développement des productions locales font également l’objet de discussions. Au total, l’ouvrage d’une richesse incomparable qu’attendait la communauté scientifique mais aussi tous les curieux d’histoire antique.

INTRODUCTION 11
CHAPITRE 1. POUR UNE NOUVELLE APPROCHE D’UNE IMPLANTATION COLONIALE 15
1.1. Les conditions géographiques 15
1.1.1. Une unité géographique 15
1.1.2. Au carrefour des voies commerciales 16
1.1.3. Un axe fluvial : l’Aude 20
1.2. La situation historique 20
1.2.1. L’administration précoce de Rome en Languedoc occidental ? 20
1.2.2. La fondation de Narbonne et ses conséquences 22
1.3. La colonie et les processus d’acculturation 23
1.3.1. Acculturation et romanisation 23
1.3.2. Romanisation culturelle 26
1.3.3. Romanisation des modes de vie 26
1.3.4. Romanisation au sens historique 28
1.4. Des données renouvelées 29
1.4.1. Les sites 29
1.4.2. Un choix d’ensembles de référence 31
1.4.3. Rappels méthodologiques 31
CHAPITRE 2. CHRONOLOGIES : LES SITES DE RÉFÉRENCE POUR LES IIe /Ier S. AV. N. È. 35
2.1. Les ancrages chronologiques 35
2.2. Montredon-des-Corbières, Sainte-Croix : un site “précolonial” (en collaboration avec M. Courrent) 35
2.2.1. Données générales 37
2.2.2. Études 38
2.2.3. Arguments chronologiques 40
2.2.4. Conclusion 41
2.3. Le marché vers l’Aquitaine ? : les fouilles de la Gendarmerie à Narbonne (120/100 av. n. è.) 77
2.3.1. Position géographique, historique des recherches et topographie du site 77
2.3.2. Fosse A1 78
2.3.3. Fosse A3 89
2.3.4. Musée archéologique 103
2.3.5. Arguments chronologiques 104
2.3.6. Synthèse et perspectives 105
2.4. Une installation italique ? : l’Illette à Peyriac-de-Mer 106
2.4.1. Position géographique, historique des recherches et topographie du site 106
2.4.2. Études 106
2.4.3. Arguments chronologiques 118
2.4.4. Conclusion 118
2.5. Le Ier s. av. n. è. : la Médiathèque (P. Rascalou et C. Sanchez) 119
2.5.1. Historique des recherches, topographie du site et méthodologie 119
2.5.2. Mise en phase 120
2.5.3. Phase 1 : niveaux anciens 120
2.5.4. Phase 2 : niveaux « intermédiaires » 128
2.5.5. Phase 3 : niveaux d’abandon 128
2.5.6. Phase 4 : niveaux préaugustéens 139
2.5.7. Phase 5 : niveaux augustéens 153
2.5.8. Les marques sur amphores 154
2.5.9. Arguments chronologiques 160
2.5.10. Conclusion 161
2.6. « Le Tassigny » 162
2.6.1. Position géographique et historique des recherches 162
2.6.2. Sigillées italiques du service 1 162
2.6.3. Sigillées italiques à bords obliques 164
2.6.4. Sigillées italiques à bords ronds 164
2.6.5. Autres sigillées italiques 165
2.6.6. Formes rares de sigillées italiques 165
2.6.7. Fonds de sigillées italiques 165
2.6.8. Présigillées, céramiques campaniennes et celtiques 165
2.6.9. Céramiques communes et amphores 166
2.6.10. Arguments chronologiques 166
2.6.11. Les timbres de potiers classés avec la sigillée du Tassigny. 189
2.6.12. Le puits de l’avenue de Lattre de Tassigny 189
2.7. Les découvertes urbaines : des problèmes d’identification des niveaux anciens 191
2.7.1. Inventaire des sites sous Narbonne ayant révélé du mobilier ancien 194
2.7.2. L’intérêt des stratigraphies de Narbonne 226
2.7.3. Bilan des données urbaines 229
2.8. L’apport des ensembles narbonnais aux discussions chronologiques 233
2.8.1. Caractéristiques narbonnaises 233
2.8.2. Troisième ou dernier quart du IIe s. av. n. è. :
question de chronologie ou de statut des occupants ? 235
2.8.3. Le Ier s. av. n. è. 245
2.8.4. La « fin » des importations italiques 248
2.8.5. Dater par les amphores, quelles limites ? 251
CHAPITRE 3. L’EMPORION NARBONNAIS. 261
3.1. L’impact de la colonie dans l’organisation des échanges 261
3.1.1. Les sources 261
3.1.2. Un milieu propice au développement 261
3.1.3. Les lieux d’échanges 264
3.1.4. Le témoignage des épaves de Mateille 265
3.2. Pour un port fluvial 270
3.2.1. Un débarcadère provisoire ? : Port-la-Nautique 270
3.2.2. Un port fluvial : l’évidence des dépôts urbains 300
3.2.3. Pour en finir avec les avant-ports 309
3.2.4. Conclusion 323
3.3. Les produits échangés 323
3.3.1. De la prédominance des importations avec l’Italie 323
3.3.2. Au transfert des investissements vers la Catalogne 335
3.3.3. Des échanges avec toute la Méditerranée 344
3.3.4. Conclusion 349
CHAPITRE 4. NARBONNE ET SA RÉGION AUX IIe /Ier S. AV. N. È.. 351
4.1. Les relations avec les anciens lieux de pouvoir : les oppida narbonnais 351
4.1.1. Montlaurès 352
4.1.2. Mailhac 369
4.1.3. Une occupation des oppida à rediscuter 382
4.2. Les sites ruraux 383
4.2.1. Le développement des sites ruraux à la fin du second âge du Fer 385
4.2.2. L’épandage des amphores italiques 391
4.2.3. Établissement rural tardo-républicain ou gestion des déchets : l’exemple de Crabit 391
4.2.4. La genèse des « domaines » 399
4.2.5. Seconde déduction 399
4.2.6. En guise de bilan : l’époque augustéenne 400
4.2.7. Les relations entre Narbonne et son territoire 400
4.2.8. Conclusion 402
4.3. L’impact de la colonie dans le développement des productions locales 403
4.3.1. Les productions de type italique 403
4.3.2. Les transformations du monde indigène 414
4.3.3. L’apport des observations pétrographiques 429
4.3.4. Conclusion 432
Encart : Analyses pétrographiques (Fabien Convertini) 431
4.4. Modélisation du faciès de consommation narbonnais 432
4.4.1. Caractéristiques communes et différences entre sites narbonnais 432
4.4.2. Essai de définition du vaisselier narbonnais antique 436
4.4.3. Les spécificités narbonnaises 445
4.4.4. Narbonne : quel modèle culinaire ? 449
4.4.5. Romanisation, acculturation et céramique 456
4.5. Des comparaisons régionales 460
4.5.1. Languedoc oriental et occidental 460
4.5.2. L’exemple du Languedoc oriental 462
4.5.3. Le Languedoc central 466
4.5.4. Le Toulousain 466
4.5.5. Le Roussillon 468
4.5.6. La Catalogne 472
4.5.7. Conclusion 472
CONCLUSION. 473
BIBLIOGRAPHIE. 477

Disponible sur Academia.edu

  
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0